Le Parc des expostrace sa route

Hélène Ménal

— 

Compact, le bâtiment occupera 13 des 25 hectares du Parc des expositions.
Compact, le bâtiment occupera 13 des 25 hectares du Parc des expositions. — Europolia

En plus d'une ligne de tram arrivant sur son parvis, le futur Parc des expositions (Pex) d'Aussonne comportera deux accès routiers, l'un au nord, l'autre au sud. Cela va entraîner la création de 6 km de voirie dans le secteur, «dont la plupart à deux fois deux voies». Cet arbitrage, dévoilé mercredi soir aux riverains, est le dernier en date d'un dossier «qui suit son cours normalement», selon Bernard Keller, vice-président de Toulouse Métropole en charge du développement économique.

Ouverture en 2017


Pour l'instant, la collectivité a la main sur environ 60 % des 25 hectares nécessaires. «Il y a quelques points durs sur les acquisitions foncières, reconnaît Bernard Keller, mais nous ferons tout pour éviter les expropriations.» Parallèlement à ces opérations, les architectes peaufinent le bâtiment compact et original qui doit propulser Toulouse au quatrième rang français en termes de surface d'exposition et la doter d'une grande salle pouvant accueillir jusqu'à 12 000 personnes. L'orientation de la halle a été par exemple modifiée. La version finale, et la globalité de ce projet estimé à 300 millions d'euros, seront soumis à une enquête publique à l'automne, probablement en novembre.

Le Grand Toulouse annonce une ouverture de l'équipement en 2017. Au grand dam des élus communautaires d'Europe-Ecologie-Les Verts. «Nous continuons de penser que le Pex n'est pas un investissement prioritaire pour la collectivité. Tout cet argent aurait pu être dépensé ailleurs», peste leur président, Antoine Maurice. «Si les choses ne sont pas trop figées, nous proposerons probablement de réévaluer le projet lors de la campagne municipale», ajoute-t-il.

■ Une terre d'exil pour l'oiseau rare

Au rayon des études préalables, une première exploration archéologique n'a rien donné. En revanche, sur ce qui est encore un bout de campagne, 46 espèces de plantes ou d'animaux qui demanderont un soin particulier ont été détectées. Parmi elles, un œdicnème criard, un oiseau migrateur aux grands yeux jaunes, protégé en France. La loi oblige Europolia, le maître d'ouvrage délégué, à lui trouver une terre d'exil dans l'agglomération.