Les «mères veilleuses» campent sur leur position

— 

Une chaise longue, des bouteilles isothermes et une bonne dose de conviction. Depuis dimanche, un petit campement a pris place juste en face de l'entrée du Capitole. Une dizaine de «mères veilleuses» toulousaines ont décidé de se relayer toute la semaine, jour et nuit, pour expliquer leur opposition à la Loi Taubira «et les souffrances qu'elle va fatalement entraîner». «Nous sommes simplement des mamans ou grands-mères qui veillent à la filiation. Lors d'un mariage entre deux femmes, l'épouse va aussi devenir la mère de l'enfant et le père disparaîtra [sic]. Or, cet enfant est bien né d'un père et d'une mère», insiste Isabelle, infirmière scolaire, favorable «à un dialogue paisible, en dehors des manifestations.» Mais ses arguments ne font pas toujours mouche et le débat s'installe parfois de manière âpre avec des partisans de la loi « mariage pour tous ». Pas sûr qu'une semaine suffise à les mettre d'accord.