Le Squale s'est fait Dauphin

Nicolas Stival
— 
Le jeune Guadeloupéen a rejoint le TOEC de Lucien Lacoste (1er plan).
Le jeune Guadeloupéen a rejoint le TOEC de Lucien Lacoste (1er plan). — F. Scheiber / 20 Minutes

Officiel. La Fédération française de natation a divulgué en début de semaine la liste des Tricolores pour les échéances internationales de l'été. Comme prévu, treize Dauphins du TOEC y figurent, dont un ancien Squale de Pointe-à-Pitre : Joris Bouchaut. Le Guadeloupéen de 18 ans a quitté à l'été 2012 son cher club formateur et son île pour rejoindre Toulouse. «L'an dernier, je n'ai pas connu une saison très glorieuse, et j'avais raté les championnats d'Europe juniors, explique le jeune homme. Je suis venu au TOEC, où il y a un très bon niveau et des gens que je connaissais.» Bien lui en a pris puisqu'aux championnats de France juniors de Chalon-sur-Saône, au début du mois, Bouchaut a raflé les titres sur 200, 400, 800 et 1 500 m nage libre. Dans la foulée, lors des «France» seniors de Rennes, il terminait deuxième avec le relais 4 x 200 m des Dauphins.

Lucien Lacoste : «C'est Marathon Man !»


«Joris affiche une belle progression, se félicite son entraîneur Lucien Lacoste. Il a réussi l'ensemble de ses épreuves et les relais sur deux semaines consécutives. C'est Marathon Man !» L'infatigable jeune homme s'amuse de la remarque du technicien. «Ce n'est pas non plus extraordinaire, même si c'était un peu plus dur sur la fin. J'ai fait ce que j'avais à faire.»

A l'entendre, cet espoir de la natation française, dans le bain depuis ses 3 ans, a juste assumé ses responsabilités. Et il essaiera d'en faire de même lors des championnats d'Europe puis du monde juniors, organisés respectivement à Poznan (Pologne, du 10 au 14 juillet) et à Dubaï (du 26 au 31 août). Hormis sur 200 m, le futur bachelier (série S) a réussi les minima sur toutes ses distances. Il visera «un podium». «Un titre, ça peut être jouable, mais il faudra travailler, travailler…», insiste-t-il. En même temps, un polyvalent du demi-fond est rarement un fainéant… A Toulouse, Bouchaut perpétue la lignée des nageurs guyanais et antillais (Balmy, Malia et Mehdy Metella, Bourelly, Pedurand…) «Les conditions météo et l'ambiance m'ont poussé à venir ici, plutôt qu'à Mulhouse, comme Enzo Vial-Collet, un autre Guadeloupéen», précise-t-il. Presque un avant-goût des JO 2016 de Rio que le futur étudiant en audiovisuel garde dans un coin de la tête.