Les futures sages-femmes poussent un cri

©2006 20 minutes

— 

Une action par semaine jusqu'à obtenir la satisfaction de leurs revendications. Les étudiantes sages-femmes de Toulouse avaient prévenu. Après avoir bloqué le pont des Catalans la semaine dernière, elles étaient une trentaine hier a distribué des tracts au square Charles-de-Gaulle. « Nous demandons la reconnaissance de nos compétences, la délivrance d'un master II ainsi qu'un accès à la recherche », explique Naomi Bersillon, de l'association étudiante « Premier cri ». Car malgré cinq années d'études, ces étudiantes ne sont reconnues qu'à un niveau bac +3 au mieux et ne bénéficient pas des bourses du Crous. Leurs professeurs soutiennent ce mouvement de grogne national.