Cannelle endosse la peau de l'ours

— 
La peau de Cannelle essayée sur un vieux support, avant d'avoir le sien.
La peau de Cannelle essayée sur un vieux support, avant d'avoir le sien. — F. Scheiber/20 Minutes

Il y a un an, Cannelle sortait de sa léthargie frigorifique. Depuis cette semaine, la dernière ourse de souche pyrénéenne, abattue en 2004, reprend des formes. Brian Aiello, taxidermiste, s'affaire à la préparer pour la grande exposition du Muséum consacré aux plantigrades qui se déroulera à partir d'octobre et jusqu'en juin 2014. Son squelette a été nettoyé, sa peau traitée et tannée. Depuis le début de la semaine, Brian Aiello commence à créer le mannequin en polyéthylène qui permettra de lui donner une attitude. Il faudra un mois pour le sculpter. D'ici là, tel un chirurgien, il aura prélevé des morceaux sur le pelage de Franska pour boucher les trous de celui de Cannelle. Cette naturalisation, les dépouilles de Palouma et d'une oursonne morte en 2011 dans les Pyrénées vont aussi les subir pour être présentées au grand public. B. C.