Airbus : Louis Gallois prend le pouvoir en douceur

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Louis Gallois, le nouveau PDG d'Airbus depuis la démission, lundi soir, de Christian Streiff, n'a pas perdu de temps pour poser ses jalons. Hier matin vers 9 h, celui qui dirige désormais EADS et Airbus se posait à Toulouse pour une course marathon de réunions avec les élus toulousains, les cadres et les salariés d'Airbus. Si aucune information sur un calendrier concernant des licenciements ou des fermetures de site n'a été révélée, Louis Gallois a confirmé que les chaînes de l'A320 et de l'A380 resteraient à Toulouse. Il s'est également exprimé en faveur du lancement du projet de l'A350. Cette prise de contacts a été appréciée : lors de sa nomination il y a trois mois, Christian Streiff avait péché par manque de communication, notamment avec les délégués syndicaux.

« C'est un homme du sérail doué d'une forte capacité de dialogue social », rappelait le maire de Blagnac, Bernard Keller, à propos de Louis Gallois. Du côté des syndicats de salariés reçus hier après-midi, les avis sont plus tranchés. « Streiff est parti mais pas le plan qu'il a élaboré », dénonce Alain Milhau, délégué CGT redoutant une coupe sombre dans les effectifs des sous-traitants. Le propos est plus mesuré pour Julien Talavan, secrétaire général de FO. « Il ne changera pas le plan d'économie, mais il nous a assuré que s'il devait y avoir des licenciements ils se feraient avec des mesures d'accompagnement. »

Philippe Font

« Power 08 » de Christian Streiff laisse sa place au dispositif « Energie 08 » de Louis Gallois. Changement de titre mais pas de contenu : pour la direction d'Airbus, l'objectif est de réaliser 2 milliards d'euros d'économie par an sur cinq ans et de rationaliser l'organisation industrielle en faisant appel à moins de sous-traitants.