A gauche, chacun affine sa stratégie

— 

Les écologistes présentent leur bilan.
Les écologistes présentent leur bilan. — F. Scheiber/20 Minutes

Pas question de mettre la charrue avant les bœufs. Il faudra attendre l'été pour savoir si Europe Ecologie-Les-Verts part en solo aux prochaines municipales. D'ici là, ses élus consultent les autres partis et font une tournée - non pas d'adieu - mais de bilan. Ils ont décidé de présenter aux Toulousains les dossiers qu'ils ont fait avancer, citant pêle-mêle la politique vélo, la piétonnisation ou l'économie sociale et solidaire. Mais contrairement à leurs partenaires socialistes, cinq ans après leur arrivée au Capitole, tout n'est pas si rose. Dans leur ligne de mire, le déménagement du Parc des Expos à Beauzelle pour 300 millions d'euros. Une somme «qui aurait pu servir à autre chose».

Dissension à l'extrême gauche


Aux transports en commun notamment. «Nous avons pris trop de retard dès le début du mandat sur cette question à cause de guéguerres. Aller plus vite dans leur développement sera non négociable», affirme Antoine Maurice, président du groupe EELV au Grand Toulouse, en cas d'une éventuelle fusion au second tour avec le PS. Des questions d'alliance qui agitent aussi le flan gauche de la majorité municipale. Les composantes du Front de gauche semblent diverger. Si les élus communistes ne cachent pas qu'ils pourraient partir dès le premier tour aux côtés de Pierre Cohen, car «le PCF ne gagne pas seul mais on ne gagne pas sans le PCF», le Parti de gauche ne fait pas mystère de son intention de constituer une liste autonome. B. C.