Une nouvelle voie et des questions

Hélène Ménal

— 

«Un mètre.» A bien regarder les plans, c'est la distance qui devrait séparer l'angle de la maison de Robert*, qui habite depuis quatre-vingt-quatre ans dans la zone du Paléficat, et le fameux Boulevard urbain nord (Bun). Ce projet, depuis longtemps dans les cartons, est porté par la communauté urbaine du Grand Toulouse. Il consiste à construire une nouvelle voie de 13 km au nord de l'agglomération, entre le quartier neuf de Borderouge et la commune de Bruguières.

Ce boulevard comprendra une voie de circulation dans chaque sens pour les voitures, mais aussi des voies dédiées aux bus. Le Bun enjambera la rocade grâce à un nouvel échangeur intercalé entre celui des Izard et celui de Croix-Daurade. Sa réalisation doit se faire par tranches, en commençant par la partie toulousaine, et coûter près de 180 millions d'euros. Enfin, de nouveaux quartiers vont voir le jour le long de l'axe, qui qui actuellement se perd parfois dans la campagne. Pour le Grand Toulouse, il «s'agit de structurer l'urbanisation future du secteur, en permettant un développement urbain raisonné».

En attendant, le Bun suscite déjà beaucoup de questions chez les futurs expropriés ou simple riverains. D'où une certaine affluence depuis mardi aux permanences assurées par les commissaires enquêteurs chargés, «en toute indépendance», de juger le projet à l'aune de l'intérêt général. Ils ont reçu une quarantaine d'habitants de Launaguet mardi matin. Robert se demande s'il pourra reconstruire son garage une fois son jardin amputé. «Les premières remarques concernent surtout les parcelles expropriées ou les accès aux maisons», explique Michel Jones, l'un des commissaires. «D'autres s'inquiètent des nuisances comme à Borderouge où des riverains craignent que le Bun ne crée du trafic ou du stationnement sauvage», enchaîne Michel Sablayrolles, le président de la commission.

Les demandes d'explications et les doléances vont s'entasser sur leur bureau jusqu'au 13 mai. Ils devraient rendre leur rapport dans le courant de l'été. Quant aux premiers coups de pioche, ils sont annoncés pour 2014.

■ réunion

Le dossier d'enquête publique ainsi qu'un registre d'observation sont déposés dans toutes les mairies concernées.Une réunion publique est prévue le 13 avril, de 9 h 30 à midi, à la salle le Bascala, à Bruguières.