Sans papiers, sans toit ni solution

©2006 20 minutes

— 

Les hôteliers ont accepté de loger les 21 familles sans papiers une nuit supplémentaire. Mais dès midi, elles devront quitter les chambres et se retrouveront à la rue avec 48 enfants. Reçu hier en délégation à la préfecture, le collectif interassociations s'est vu signifier un nouveau refus de prise en charge financière. « Elle nous a renvoyés vers les collectivités locales. Nous lui avions présenté une liste de lieux réquisitionnables, elle ne l'a pas pris en compte », a indiqué Geneviève Genève au nom du collectif, qui attend des subventions des collectivités.