Un aller simple pour l'apesanteur

— 

Elle a encore du mal à réaliser. Mais Aurore Dany, étudiante toulousaine en Master à l'Institut supérieur de l'aéronautique de l'espace (Isae), sera bien vendredi passagère du premier vol commercial de l'avion A300 Zéro-G. Cet appareil, réservé jusqu'à présent aux essais des spationautes, permet d'expérimenter une gravité zéro et de «flotter» dans la cabine, recréant ainsi les conditions de l'espace. Pour monter à bord, elle n'a pas eu à débourser comme n'importe quel touriste 5 980 €, le prix d'un billet pour 5 minutes d'apesanteur. Elle fait partie des quinze étudiants, dont cinq de l'Isae, ayant réussi le concours du Centre national d'études spatiales. Sa bibliographie sur les extrasolaires a convaincu le jury. «Je ne pensais pas avoir mes chances. Cette expérience risque de me motiver encore plus pour réaliser mon rêve, celui de devenir spationaute», avoue l'étudiante de 25 ans qui se destine à devenir ingénieur d'essais en vol. Avant de marcher dans les pas de Claudie Haigneré, vendredi, durant 2 h 30, Aurore va surtout «profiter de la sensation». b. C.