Le carnaval tombe le masque

Béatrice colin

— 

Près de 50 000 personnes ont participé en 2012 à la renaissance du Carnaval.
Près de 50 000 personnes ont participé en 2012 à la renaissance du Carnaval. — P. Nin/mairie de Toulouse

Le papier mâché est devenu une de leurs spécialités. Depuis la rentrée de septembre, Melissa, Jimmy, Dorian et une trentaine d'autres élèves de l'Institut médico-éducatif Lamarck travaillent un après-midi par semaine sur le Carnaval du 5 avril. A trois semaines de l'événement, ils peaufinent leur Shrek, une des figures de leur char. «Cela leur permet de sortir de l'Institut. C'est un moyen de les faire travailler sur un sujet qui les amène à faire du bricolage, de la peinture mais aussi de la danse et de la musique», souligne leur enseignante, Sophie Godard.

1 700 personnes mobilisées


Le jour-J, ils feront partie intégrante du cortège de vingt-six chars et quinze ensembles qui s'ébranleront à 19 h 30 des allées Jean-Jaurès, avant le jugement et la crémation au port Viguerie. «Pour cette seconde édition, après 20 ans d'interruption du Carnaval à Toulouse, 1 700 personnes sont mobilisées et nous aurons deux fois plus de chars que l'an dernier», a indiqué mardi Hamza Medkouri, l'un des responsables de l'événement, lors de sa présentation. Reporté de quelques jours à cause de la tragédie ayant touché le lycée Ozar Hatorah, l'événement avait tout de même réussi à rassembler 50 000 Toulousains. L'équipe compte faire aussi bien pour cette édition grâce à son concours de déguisement et de chanson et ses 2, 5 tonnes de confettis.