Anouar Ayed, l'homme-record

Nicolas Stival

— 

L'ailier gauche a déjà inscrit 1 172 buts en D1 de handball.
L'ailier gauche a déjà inscrit 1 172 buts en D1 de handball. — F. Scheiber/20 Minutes

Pour le Fenix, la réception de Saint-Raphaël, ce mercredi (20 h), évoque un seul mot : victoire. Un succès face au 6e de D1 permettrait au 11e de garder ses distances avec la zone de relégation. Pour Anouar Ayed, l'adversaire évoque aussi une statistique historique : ses 17 buts inscrits un soir de novembre 2004, sur le parquet du club varois. Le record tient toujours. «Je venais d'arriver à Toulouse, et ce match m'avait permis de me faire vite un nom, d'être respecté et de prendre confiance, souligne l'ailier gauche, bientôt 35 ans (le 9 mai). Mais mercredi, je préfère ne mettre qu'un but et gagner !» Depuis cet exploit, le quadruple champion d'Afrique avec la Tunisie n'a plus arrêté de marquer. 1 172 fois exactement. Personne n'a fait mieux dans l'histoire de la Ligue nationale de handball, tout comme pour le nombre de penalties convertis (395). «Cela fait toujours plaisir de laisser une trace derrière soi», sourit Ayed. Heureusement que le Tunisien a compté sur lui pour marquer le handball français de son empreinte. Car son palmarès avec Toulouse reste vierge. Et les saisons plus souvent passées à regarder vers le bas que vers le haut.

Il veut rester à Toulouse


«Depuis deux ou trois ans, on était un peu tranquilles, en finissant huitièmes ou neuvièmes», modère le Tunisien. Certes, mais aujourd'hui, à neuf journées de la fin, le Fenix ne compte que deux points d'avance sur Créteil, avant-dernier et premier relégable (la lanterne rouge Billère, toujours bredouille, est condamnée). «Les blessures [Andjelkovic et Puig, ajoutées au départ de Kabengele] ne nous ont pas aidés, rappelle le retraité international, depuis les Jeux olympiques 2012. Nous sommes conscients de la situation. Il y a un peu d'inquiétude.» Dans les coulisses, Ayed, libre en juin mais qui souhaite encore jouer deux saisons supplémentaires, négocie une prolongation de contrat. «Une proposition m'a été faite, explique-t-il. J'aimerais bien finir ma carrière ici. Sinon, j'ai d'autres plans.» Et encore plein de buts à marquer avant une reconversion planifiée comme entraîneur.