Fils prodigues de la pelote

©2006 20 minutes

— 

Les championnats du monde de pelote basque ont commencé cette nuit, à Mexico, pour Thomas Iris et Sylvain Brefel, deux Toulousains licenciés au Toulouse Athlétic Club. Une consécration pour ces deux athlètes de 22 ans titrés à plusieurs reprises en pala corta, où les joueurs doivent renvoyer la balle de cuir sur un fronton avec une raquette de bois. De loin leur discipline favorite, la pala corta leur a permis de remporter leurs premiers titres mondiaux en 2004 et 2005. Des souvenirs forts pour ces joueurs qui constituent un cas à part dans le petit monde de la pelote basque.

« Etudier et s'entraîner à Toulouse nous oblige à faire un peu plus que les autres pour gagner notre place », reconnaissent-ils en souriant. Les autres joueurs de l'équipe de France ? Tous licenciés entre Saint-Jean de Luz, Bayonne et Anglet... « Là-bas, ils nous appellent les Toulousains ! » Une reconnaissance sportive de longue date, qui s'est forgée au fil des tournois et des kilomètres. « Il nous arrive souvent de partir le soir de Toulouse, en milieu de semaine, disputer un match au Pays basque, de rentrer dans la nuit, et d'aller en cours le lendemain », expliquent Thomas et Sylvain. Le premier est inscrit en sciences politiques, le second dans une école de podologie. Leur complicité s'affine depuis bientôt dix ans. « On a débuté à 14 ans, on s'est très vite bien entendu, les entraîneurs ont de suite vu la complémentarité dans notre jeu. »

Complémentaires mais pas forcément identiques. Car les deux garçons possèdent des caractères opposés : impulsif et agressif pour Thomas, qui adore écrire des histoires pour enfants, tempéré et davantage posé pour Sylvain, un amoureux de la Corse. Travailleurs et fonceurs – « on a pu progresser en travaillant le physique » –, les deux Toulousains ne se voient toutefois pas passer le cap du professionnalisme. « Le statut est mal reconnu en France... et on ne pourrait plus disputer les championnats du monde !» D'autant que les deux pelotaris ont d'autres objectifs en tête : travailler dans l'édition pour Thomas et ouvrir un cabinet de podologie pour Sylvain. Après une nouvelle médaille dorée rapportée du Mexique ?

Philippe Font

Guillaume Morère, coéquipier du TAC « Ils sont très abordables et très sérieux à l'entraînement. Quand ils se préparent, c'est pour un objectif : la victoire. Pour moi, ce sont des modèles que j'espère un jour dépasser. » Robert Rolfo, président du TAC Pelote « Thomas et Sylvain sont des garçons faciles à vivre. Leurs performances et leur complicité constituent un véritable catalyseur pour les autres joueurs du club. » Jacques Pla, leur entraîneur « Leur potentiel s'est développé avec l'entraînement et le travail depuis leur plus jeune âge. Ce qui fait leur force, c'est la rigueur. »