Bruits de couloir inquiétants chez Airbus

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

A quatre jours de l'annonce du plan de rigueur, l'inquiétude est grande chez Airbus et ses sous-traitants. Le communiqué envoyé vendredi aux salariés de l'avionneur par Christian Streiff, leur nouveau patron, n'a pas vraiment rassuré. Le dirigeant leur indique que rien n'est décidé. « Il nous enjoint de garder la tête froide pour traverser cette tempête et parle de mesures de flexibilité », témoigne un salarié. « L'attentisme domine et beaucoup de rumeurs courent. Certains anciens parlent de plan social, mais la seule certitude qu'on ait, c'est que toutes les options sont ouvertes pour abaisser les coûts de production. Les embauches étant gelées, les salariés vont être mis sous pression », anticipe Bernard Cazes, délégué CGT du comité d'entreprise. « Les sous-traitants vont servir de fusible, c'est certain », estime de son côté Hubert Prévaud, autre représentant CGT.

D'ailleurs, ils n'attendent pas l'annonce officielle pour se faire des cheveux blancs. « Nous sommes sans illusion, on sait que c'est notre tour », dit Ali Ould-Yérou, un salarié syndiqué de Cap Gemini. Dans cette entreprise de conseil informatique, quelque 400 salariés « bossent » pour Airbus. « Nous avons du mal à travailler sereinement. Nos dirigeants se veulent rassurants mais nous n'avons pas plus d'informations que le grand public », poursuit le syndicaliste. D'autres sous-traitants ont déjà anticipé. Latécoère a par exemple annoncé en début de mois le gel, « par précaution », de ses propres embauches.

La crainte de voir l'économie toulousaine s'enrhumer gagne même la classe politique. « Si demain d'importantes décisions devaient être prises concernant le site d'Airbus à Toulouse (...), il serait impensable que toutes les collectivités locales soient mises devant le fait accompli », a averti vendredi Jean-Luc Moudenc (UMP), le maire de Toulouse.

H. M.

En Midi-Pyrénées, le secteur aéronautique représente 20 000 emplois directs et 30 000 emplois dans plus de 550 entreprises sous-traitantes.