Prédire les effets du réchauffement

béatrice colin

— 

Les glaciers ont réduit de 85 %.
Les glaciers ont réduit de 85 %. — travers/sipa

L'or blanc couvre aujourd'hui les Pyrénées. Et pourtant, entre 1971 et 2008, le massif a perdu dix à quinze jours d'enneigement. La surface des glaciers s'est réduit de 85 % depuis 1850. La flore remonte en altitude de 3 m par an. Autant de conséquences nées du réchauffement climatique. «Les effets globaux nous les connaissons. Ce que nous ne savons pas faire par contre, c'est prédire l'impact à l'avenir sur la biodiversité», souligne Jean Clobert, directeur de la station d'écologie expérimentale du CNRS à Moulis, en Ariège. Il est aussi l'un des coordinateurs scientifiques du projet Analyses et expérimentations sur les écosystèmes (Anaee-Services) lancé jeudi à Toulouse.

Développer de nouveaux outils


«Grâce à cette infrastructure, nous allons développer de nouveaux outils pour les mettre à disposition des chercheurs», poursuit Jean Clobert, qui a reçu 14 millions d'euros pour ce projet au titre des « investissements d'avenir ». Ces plateformes expérimentales serviront à tester, entre autres, l'impact sur la flore d'une hausse de 2° C de la température prévue d'ici à un demi-siècle. Et confirmer une prévision qui indique une baisse de 4 à 12 % de la production moyenne de la forêt pyrénéenne d'ici à 2025.