Un parcours semé d'embûches

— 

L'an dernier, 941 étrangers ont déposé une demande d'asile dans la région, dont 543 en Haute-Garonne. Ces chiffres mettent d'accord la préfecture et les associations de la Coordination française pour le droit d'asile (CFDA) qui ont rendu mercredi leur rapport annuel. Sur le reste, les points de vue divergent. La CFDA estime que «tout est fait pour mettre des bâtons dans les roues des demandeurs». Elle cite le cas des mineurs isolés. «Soit on les soupçonne d'être majeurs, soit ont les renvoie dans la rue sous prétexte qu'ils n'ont pas d'administrateur ad hoc», raconte Natalys Martin d'Amnesty International, citant le cas d'un jeune Tchadien arrivé ce mois-ci. Le rapport pointe aussi le recours, dans 26 % des cas, à une procédure accélérée, qui raccourcit le délai de dépôt du dossier. «Il s'agit de cas où le pays d'origine est considéré comme sûr, ou bien où la demande a déjà été refusée», explique-t-on à la préfecture, précisant que «le droit d'asile est extrêmement encadré». H. M.