Un stage pour se sentir pousser des ailes

Béatrice colin
— 
Les stagiaires pourront se tester au simulateur de vol.
Les stagiaires pourront se tester au simulateur de vol. — F. Scheiber/20 Minutes


Les yeux qui se ferment au décollage, les doigts qui serrent les accoudoirs à la moindre petite turbulence. Les signes classiques d'une appréhension de l'avion. Pour aider les aérophobes toulousains, Air Formation, en partenariat avec le site Internet Aeronews, met en place un stage d'une journée pour apprendre à maîtriser son anxiété. 

Car dans la capitale de l'aéronautique, ne pas pouvoir mettre un pied dans une cabine peut rapidement devenir un handicap, surtout lorsqu'il faut au minimum cinq heures et demi en train pour rallier Paris. «Si vous voulez voyager à l'international, c'est encore plus incontournable. Or, l'on sait que le transport aérien va doubler d'ici à 2030», souligne Frédéric Lahache, fondateur d'Aeronews. Et même si on a une chance sur onze millions de mourir dans un crash, loin derrière la possibilité de finir foudroyé dans un champ ou dans une explosion nucléaire, un passager sur quatre a la boule au ventre rien qu'à l'idée de quitter le plancher des vaches.



Première le 8 février



«Nous allons faire découvrir aux gens le monde de l'aérien, leur organiser une visite de l'avion et les mettre en situation dans un simulateur de vol», explique Laurent Vallier, directeur d'Air Formation. Une psychologue les aidera aussi à décrypter leurs symptômes. Et Stéphanie Chevallier, hôtesse de l'air de formation, leur donnera des conseils pour préparer leur voyage. «Parfois, au moindre bruit, les passagers s'imaginent des choses. Pour se calmer certains se réfugient dans l'alcool», témoigne cette professionnelle des airs.

Elodie, elle, avait recours aux somnifères pour lutter contre son stress. Après un vol agité, son appréhension s'était amplifiée. Cette Toulousaine avait entendu parler d'une formation similaire dispensée sur Paris. «On y a vu tout ce qui concerne la technique, les conditions de vols… cela a été de suite efficace, j'ai repris un avion deux jours après. ça enlève notamment la notion de risque et la peur qui va avec», raconte la trentenaire. Le 8 février, les premiers stagiaires pourront se tester à Cornebarrieu.

* 420 € HT, éligible droit à la formation. www.air-formation.com