Des régularisations conformes aux quotas

©2006 20 minutes

— 

La préfecture de Haute-Garonne a finalement régularisé 119 sans-papiers sur les 514 demandes déposées depuis le début de l'été. Si place Saint-Etienne on a laconiquement diffusé ces chiffres sans aucun commentaire, 395 personnes ont vu leur régularisation refusée, c'est la déception qui prédominait du côté des défenseurs des sans-papiers. « Ce n'est pas une surprise, la préfecture a accordé 23 % de réponses positives qui correspondent aux quotas fixés par le ministre au début de l'été », indiquaient Jeff Mignard responsable du Réseau Education Sans Frontières (RESF) de Haute-Garonne et Yasmina Vierge de la Cimade. Cette dernière s'étonnait que « ce chiffre ait été publié alors que des familles n'ont pas encore reçu de réponses ».

L'inquiétude grandit dans les rangs des associations d'autant que d'ici quelques semaines les solutions d'hébergement d'urgence risquent de manquer à Toulouse. « Au 30 septembre, les crédits des collectivités qui servaient à payer les hôtels où sont logées les familles seront épuisés », notait Jeff Mignard pointant du doigt les situations précaires des familles. « Même pour les familles faisant parti des 23 %, leur titre de séjour n'est valable qu'un an et constitue un court répit ».

Philippe Font

Le tribunal administratif de Toulouse statuera demain sur le cas d'une jeune Marocaine et de sa fille sans papiers, arrêtées vendredi à Montauban.