Trop d'élèves et pas assez d'enseignants

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

« Imaginez trente-deux petits de 2 à 3 ans dans une même classe. C'est ingérable ! » Trois jours à peine après la rentrée, les dotations en personnel font déjà grincer des dents. Une cinquantaine d'enseignants et quelques parents se sont rassemblés hier devant la préfecture pour protester contre le manque de postes. « Dans le premier degré, il y a 1 200 élèves de plus pour seulement 31 postes supplémentaires. Même les écoles où, jusqu'à présent, les effectifs étaient raisonnables et où on pouvait faire du qualitatif atteignent la limite », souligne Christian Bélinguier, le secrétaire départemental du SNUipp-FSU. « Dans les deux tiers des lycées, les classes oscillent entre 34 et 36 élèves », ajoute Marcel Agert, son homologue du Snes qui prévoit « une forte mobilisation » pour la grève nationale du 28 septembre.

Même les parents s'en mêlent. A Montberon, petit village de la périphérie toulousaine, deux classes élémentaires viennent d'être supprimées et les petits de la maternelle se retrouvent à 32. « Nous sommes très remontées et très en colère », assurent Magali et Florence, mères de famille. Elles ont fabriqué des banderoles et prévoient « de bloquer l'école » ce matin.

H. M.

« La carte scolaire définitive ne sera connue qu'en milieu de semaine prochaine », indiquent les services du rectorat. Vendredi, un comité technique paritaire (CTP) doit évaluer la situation, « procéder aux ajustements » et décider d'éventuelles ouvertures de classes.