Trois élus font le tour du centre de rétention

©2006 20 minutes

— 

Des chambres au local de soins. Trois élus ont visité hier l'ensemble des locaux du nouveau centre de rétention de Cornebarrieu (CRA). Accompagnés par le directeur départemental de la police de l'air et des frontières, Thierry Assanelli, ils ont pu juger des conditions de rétention des personnes présentes sur le site. Parmi elles, une famille turque dont la maman a tenté de mettre fin à ses jours. « Nous allons voir ce que nous pouvons faire en tant que parlementaires », lui a assuré le député PS Pierre Cohen, qui compte revenir.

Pour Thierry Assanelli, la visite aura permis de montrer que « ce lieu n'est pas le paradis, mais ce n'est pas l'enfer qu'on nous décrit ». Une opinion partagée par Hélène Mignon, députée socialiste. « On respecte les gens qui sont là », estimait-elle en fin de visite. « Cela reste quand même un centre de rétention, dont le but ultime est l'expulsion », tenait à ponctuer la conseillère générale PS Marie-Christine Lafforgue.

B. C.

Soixante-dix neuf personnes se trouvaient hier au centre de rétention de Cornebarrieu, qui compte au total 126 places. Le séjour moyen dans le CRA est de onze jours. « L'objectif est de le faire chuter à six jours, pour réduire cette période difficile de leur vie », note Thierry Assanelli.