Isochem se remet doucement de la catastrophe d'AZF

©2006 20 minutes

— 

Près de cinq ans après l'explosion de l'usine AZF, l'entreprise voisine Isochem amorce un virage. Après deux plans sociaux et le départ de 530 salariés de l'usine de l'île du Ramier, le site toulousain de cette filiale de la SNPE a désormais un plan de charge assuré pour ses ateliers. « Celui qui produisait de la MMH, qui n'était plus utilisée comme carburant d'Ariane depuis juillet 2003, va être relancé ce mois-ci pour l'élaboration de carburant de satellites », explique Isabelle Delorme, ingénieur. Un autre est mis « sous cocon » en vue de partenariats possibles avec les futures entreprises du cancéropôle. L'atelier de dérivés du phosgène (un gaz désormais interdit) a été transformé en atelier de chimie fine. Reste une inconnue : la date du lancement des travaux du projet Vinca des laboratoires Pierre Fabre. La SNPE ne sait toujours pas quand le premier coup de pioche sera donné sur son site. Par contre, Pierre Fabre a annoncé que le chantier voisin, sur le cancéropôle, débuterait ce mois-ci.

B. C.