Le pastel remonte le temps

Béatrice colin

— 

La société Cocagne et compagnie a une boutique place Saint-Etienne.
La société Cocagne et compagnie a une boutique place Saint-Etienne. — F. Scheiber/20 Minutes

Coenzyme Q10, rétinol, AHA… Des termes incompréhensibles mais qui, pour certaines femmes, évoquent des armes cosmétiques pour lutter contre le vieillissement de la peau. Désormais, elles peuvent en ajouter un nouveau à leur vocabulaire anti-rides : le pastel. Et pour vanter les vertus des nouvelles crèmes brevetées par l'entreprise toulousaine Cocagne et Compagnie, fondée en 2003 par Carole Garcia et Nathalie Juin, pas de stars à la cinquantaine bien portante. Mais un homme, scientifique de son état : Gérard Vilarem, directeur adjoint du laboratoire de Chimie Agro-Industrielle dépendant de l'école d'ingénieur INP-Ensiacet.

Soins brevetés
Depuis 20 ans, il travaille sur le pastel, qui au XVIIe siècle fit la fortune de grandes familles de la région pour son bleu. Dans les années quatre-vingt, l'exploitation de cette plante s'est développée pour son huile, utilisée dans les produits cosmétiques. « On s'est demandé si les protéines du pastel avaient des vertus anti-âge. Nous avons pu prouver, via des tests in-vitro, qu'elles permettaient une augmentation de 22 % de la synthèse naturelle des collagènes, les fibres qui maintiennent la peau. Contrairement aux autres soins, nous ne rajoutons pas du collagène mais nous boostons celui existant », explique l'ancien directeur du Centre d'application et de traitement des agroressources, partie prenante dans ces découvertes. Cet été, le brevet a été déposé. Début décembre, les premières crèmes sont arrivées sur les rayons des pharmacies sous la marque Graine de pastel. Cette découverte a même été primée jeudi dernier lors des trophées de l'innovation de l'Institut national de la propriété industriel. « Notre objectif était d'avoir un produit simple et efficace, et de ne pas vendre du vent. Pour nous, il était important d'avoir une preuve scientifique », souligne Carole Garcia, attachée à créer local avec des produits naturels du terroir, comme le lait d'ânesse de Gimont ou des noyaux de prune de Gascogne.

production

Pour produire ses crèmes cosmétiques, la société Cocagne et compagnie, qui réalise 15 % de son chiffre d'affaires de 500 000 € à l'export, se fournit auprès de la Coopérative agricole des pays de l'Ariège. Cette dernière exploite aujourd'hui cinq hectares de pastel : 3 ha sont utilisés pour les graines (cosmétique) et 2 ha pour les feuilles (teinture bleue).