TOULOUSE - L'ultime partition de Vanda

— 

Un monologue poignant signé Jean-Pierre Siméon.
Un monologue poignant signé Jean-Pierre Siméon. — DR

Un conte de Noël ? Certainement pas. Le testament de Vanda met en scène une femme seule qui croupit au fond d'un cachot. Sur ses bras, un bébé. Son bébé. La mère se lance dans un flot de paroles ininterrompu pour lui raconter son histoire : la guerre, le viol, l'exil, le rejet, la mendicité, la rue. Pas d'issue, juste une descente interminable aux enfers. D'ailleurs Vanda a décidé d'en finir, mais avant, elle va léguer au poupon une pierre du pays. Ce monologue de Jean-Pierre Siméon, joué par Céline Pique, appuie là où ça fait mal…