Les femmes se mettent au poing

Maylis Jean-Préau

— 

L'aspect utilitaire de ces disciplines prend le pas sur l'aspect sportif.
L'aspect utilitaire de ces disciplines prend le pas sur l'aspect sportif. — F. Scheiber/20 Minutes

Mesdames, défendez-vous ! C'est le thème du débat organisé mercredi à l'ABC* à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Son credo : même dénué des aptitudes de Lara Croft, le sexe faible a les moyens de lutter. « Nous donnons des cours de Fem Do Chi, une technique de défense créée par et pour les femmes, explique Janique Lauret, formatrice dans l'association organisatrice, Faire Face. L'auto-défense s'adresse à toutes et comprend plusieurs stratégies qui aident à gérer les situations difficiles : écouter ses émotions, parler, crier, fuir, se défendre physiquement. » Selon une enquête récente, plus d'une femme sur cinq affirme avoir été victime d'une agression ou d'une tentative d'agression sexuelle. Pour changer les choses, Faire Face inculque les fondamentaux. « On n'a pas besoin d'avoir fait huit ans de karaté pour se servir de ses mains et de ses jambes. Nous pouvons mieux utiliser nos capacités corporelles », assure Janique Lauret.
« Faire les bons gestes »
Depuis quelques années, les femmes se tournent de plus en plus vers le self-défense. A 43 ans, Nathalie pratique depuis un an le Krav maga, un art martial israélien. « Je ne me pensais pas capable de maîtriser un homme, j'ai découvert que je n'avais pas besoin d'être musclée pour y arriver, il suffit de faire les bons gestes. Savoir qu'on peut s'auto-protéger donne une sacrée confiance en soi ! » raconte-t-elle. Dans son cours d'auto-défense à l'université du Mirail, Philippe Hiegel reçoit 80 % de filles : « Elles ne viennent pas pour le côté sportif mais pour le côté utilitaire. Certaines ont frôlé l'agression et veulent avoir les moyens d'y remédier. »