L'A380 s'envole à l'américaine

©2006 20 minutes

— 

Le premier A380 doté d'une motorisation made in USA s'est envolé vendredi matin des pistes de Blagnac. Alors que les quatre premiers avions d'essai sont tous équipés de réacteurs Rolls Royce, celui-ci porte la griffe de l'américain Engine Alliance. « Notre moteur est équivalent à celui de notre concurrent en terme de niveau de bruit, mais nous pensons qu'il offre un léger avantage sur le plan de la consommation », a indiqué Philipp Provencher, chargé du programme chez le motoriste américain. Des performances à vérifier pendant les dix mois d'essai avant la certification du moteur. « Il n'y a aucune différence dans le comportement de l'avion. Mais l'intérêt est d'avoir une concurrence entre les fournisseurs et, pour les compagnies, d'adapter leurs achats en fonction de leur flotte », souligne Jacques Rosay, le chef des pilotes d'essai. Le moteur Engine Alliance a déjà séduit six des seize clients de l'A380 (dont Air France et la compagnie Emirates) et il rafle 58 % des commandes fermes passées.

L'envol réussi du cinquième et dernier avion d'essai et le décollage du premier « vol habité » prévu lundi prochain permettent à Airbus d'avoir une communication positive : « L'A380 est un grand succès commercial et l'avion atteint tous ses objectifs de performances », se félicite Richard Carcaillet, le directeur marketing du programme. Rien, en revanche, sur la date du premier vol commercial initialement prévu à la fin de l'année.

Hélène Menal

commandes L'A380 totalise 159 commandes fermes pour seize clients. En juillet, Singapore Airlines a pris une option sur neuf nouveaux appareils.