Simon a déjà ouvert son restaurant

Julie Duquenne

— 

Simon propose un menu unique à bas e de produits frais.
Simon propose un menu unique à bas e de produits frais. — f . scheiber / 20 minutes

En partance pour Paris, où il doit assister ce jeudi à la finale de « Masterchef » entre Ludovic et Pierre, Simon n'a aucun regret. « J'ai fait ce que j'ai pu, l'objectif était de ne pas me ridiculiser », confie le cuisinier amateur aux boucles d'or. Et, malgré son élimination en demi-finale, le Toulousain de l'émission de téléréalité de TF1 n'a pas à rougir de son parcours. Il peut même être fier d'être le premier candidat de cette édition à avoir ouvert son propre restaurant mi-octobre. Située rue Pargaminières, en plein centre-ville, la mini-échoppe baptisée Solides est d'ailleurs devenue une attraction pour tous les curieux qui rêvent de voir la star du petit écran en chair et en os, s'affairant derrière les fourneaux. « J'aurais voulu que ce soit toi qui gagnes ! », lance une adolescente. « Tu veux bien prendre une photo avec moi ? », demande une autre. Une petite notoriété soudaine qui amuse le jeune homme plutôt que ça ne le dérange.

« Je bosse 16 heures

par jour »
« Les gens me parlent comme si je faisais partie de leur famille et puis je ne suis pas harcelé non plus, relativise Simon. J'espère juste qu'ils viendront chez moi pour ma façon de cuisiner et non pas parce qu'ils m'ont vu à la télé. » Et à 29 ans, cet ancien ingénieur en automobile, amateur de rugby, ne devrait pas avoir de mal à transformer l'essai. « C'est dur, je bosse seize heures par jour, mais les premiers retours sont très bons, alors je suis content », assure l'ancien candidat. Depuis que l'on parle de lui dans les médias, il refuse même une cinquantaine de personnes par jour et son stock de cartes de visite est déjà écoulé. « ça me paraît fou, je pensais démarrer plus calmement, mais je ne vais pas me plaindre ! », ajoute-t-il. Aidé par sa sœur, « ma première fan, avec ma mère et ma femme », il assure jusqu'à seize couverts midi et soir dans les 30 m2 de son restaurant décoré à la manière d'un bar à vin. « Je propose un menu unique qui change chaque semaine, avec des produits frais et de saison, le tout fait maison », résume le nouveau chef. Une recette qui marche : simple, convivial et humble.
Lire aussi p. 18