Les dix moments chauds de l’été

— 

1: Un bon filon pour l’employé d’Alcatel

Un employé d’Alcatel détournait depuis environ cinq ans des kilos d’aurocyanure, un produit composé
aux deux tiers d’or et utilisé par l’industriel pour la fabrication de fusées. Le voleur, qui menait grand train, a été mis en examen fin juillet pour « abus de confiance, faux et usage de faux, et recel », puis placé en détention. Les enquêteurs suivent maintenant la piste de ses « acheteurs ».

2 : Les joueurs sont passés à table au casino

Le casino de jeux de Toulouse a ouvert ses portes le 1er août sur l’hippodrome de laCépière. Pour l’instant, les clients se contentent des tables de jeux, en attendant l’arrivée des machines à sous prévue le
1er août 2007 sur le site définitif de l’Ile du Ramier.

3 : Une bouffée d’oxygène à l’ouest de l’agglo

Quand une petite route de campagne se transforme
en grand axe. Depuis jeudi, 11 h, la bretelle d’accès
direct sur la route départementale 902 est en service. Elle permet aux automobilistes venant de Seilh de se
diriger vers Toulouse sans emprunter le giratoire de Beauzelle. Le nouveau tronçon mesure 1,2 km. Il sera complété en octobre par l’achèvement de la mise à 2 x 2 voies de la RD 902 où 45 000 véhicules par jour sont attendus. Ce chantier de 33 millions d’euros permettant d’irriguer la zone AéroConstellation, berceau de l’A380, est financé par le conseil général.

4 : Le violeur présumé du train ira aux assises

Il est soupçonné d’avoir violé la contrôleuse du train Toulouse-Cahors le 25 janvier 2005. Un jeune Cadurcien de 25 ans a été renvoyé devant la cour d’assises du Lot fin juillet et devrait y répondre de ses
actes avant la fin de l’année. Le violeur présumé, condamné depuis pour une agression sexuelle sur une étudiante toulousaine, avait attendu de se retrouver seul dans une rame pour se jeter sur la contrôleuse. Cette agression avait déclenché une grève dure à la SNCF.

5 : Sûreté renforcée à Toulouse-Blagnac

Depuis le 11 août et l’annonce d’attentats déjoués, l’aéroport de Toulouse-Blagnac a renforcé ses mesures de sûreté pour tous les vols directs en direction des Etats-Unis, du Royaume-Uni et d’Israël.

6 : Les faucheurs volontaires reprennent du service

Samedi, à Miradoux, dans le Gers, 250 militants anti-OGM ont procédé au fauchage d’une parcelle de maïs transgénique. Parmi eux, José Bové. L’ancien porte-parole de la Confédération paysanne était déjà
présent à Saint-Hilaire (Haute-Garonne), le 30 juillet, lors de la destruction d’une parcelle destinée au
marché espagnol.Le conseiller municipal toulousain François Simon (Gauche alternative) y était aussi.
Ce dernier a été entendu le 4 août en qualité de témoin, sans être mis en garde à vue. Ce qui n’a pas été le cas de cinq autres faucheurs, interpellés dans la nuit du 30 au 31 juillet après la destruction d’une
parcelle à Daux (Haute-Garonne). Relâchés le 1eraoût, ils seront jugés le 19 septembre à Toulouse.

7 : Des Toulousains dans la rue contre les bombes

Le 31 juillet, 900 personnes ont manifesté dans les rues de Toulouse contre les bombardements israéliens sur Cana, au Liban. Quelques jours plus tard, une soirée de solidarité envers le peuple libanais a rassemblé 300 personnes sur la place du Capitole.

8 : Loïc plaide sa cause devant la cour d’appel

Le 2 août, Loïc Mattlé était à la cour d’appel de Toulouse. Après sa condamnation le 19 mai à six mois de prison, dont trois ferme, pour violences et outrages à agent, « la sévérité du jugement » avait poussé sa mère à entamer une grève de la faim sur la place du Capitole. Roulant sur une voie réservée aux bus, Loïc avait été interpellé le 17 mai par la brigade anticriminalité. Une altercation s’en était suivie. Au cours du procès, chaque partie avait accusé l’autre d’avoir été violente. Le jugement est mis en délibéré
au 6 septembre.

9 : Nouvelle expertise et non-lieu rejeté dans le dossier AZF

Sur la base d’une nouvelle expertise d’échantillons prélevés dans le hangar 335, l’avocat de Grande-Paroisse et du directeur de l’usine AZF a déposé le 24 juillet une demande de non-lieu pour ses deux clients. Selon Daniel Soulez-Larivière, les résultats de l’expertise concluent à l’absence de produit
chloré et « démontrent donc la complète fausseté de l’hypothèse des experts judiciaires ». Pour Gérard Ratier, président de l’association de familles endeuillées, ce sont des « contre-vérités » puisque « sur les quinze prélèvements de l’expertise, deux contiennent du chlore en quantités importantes ». La demande de non-lieu a été rejetée.

10 : Sécheresse : l’irrigation au régime sans eau

L’épisode caniculaire de juillet n’a rien fait pour arranger une situation hydrologique déjà alarmante.
Un arrêté préfectoral du 4 août, toujours en vigueur, restreint les prélèvements à usage agricole dans
le Tarn et la Garonne. Les particuliers sont appelés à semontrer «économes » en eau.

B. C. et H. M.