TOULOUSE - ça sent encore un peu la poudre

— 

Des cartouches et boulets de canon sont encore enfouis dans le sous-sol.
Des cartouches et boulets de canon sont encore enfouis dans le sous-sol. — F. Scheiber/20 Minutes

Le pont de la Toussaint ne sera pas de tout repos du côté de l'avenue de Grande-Bretagne. Dès le mercredi 31 octobre, un dispositif de sécurité perturbera la circulation pour permettre de mener des travaux de dépollution sur la zone de la Cartoucherie qui porte toujours bien son nom. « Nous avons démoli les bâtiments du Giat et trouvé pas mal de choses dans les fondations : des cartouches vides et pleines, des boulets de canon, des métaux de toutes sortes, et même des rails », indique Nicolas Tissot, l'adjoint en charge des bâtiments communaux. Des vestiges de l'usine d'armement qu'il faut absolument évacuer, voire déminer, avant la construction du nouvel écoquartier de la Cartoucherie. Outre le déploiement de la Toussaint, l'affaire est aussi une bombe à retardement juridique. Car la Ville a déboursé 28 millions d'euros pour acheter au Giat des terrains censés être dépollués. Elle a saisi le tribunal administratif.