Météo France a un temps d'avance

julie rimbert

— 

Un parc à instruments a été installé près des laboratoires des chercheurs.
Un parc à instruments a été installé près des laboratoires des chercheurs. — f . sceiber / 20 minutes

Elles font la pluie et le beau temps dans toute l'Hexagone. Pour ses trente ans, Météo France relocalise ses équipes sur le site toulousain, qui vient de se doter de deux nouveaux bâtiments. Depuis septembre, une soixantaine de salariés de la recherche et du développement, basés auparavant à Trappes, sont venus renforcer les équipes chargées de l'observation.

Des instruments testés
« Prévisionnistes, observateurs, chercheurs, toutes les forces techniques sont maintenant dans la Ville rose, souligne François Jacq, président-directeur général de Météo France. L'intégration de la recherche va créer une nouvelle dynamique, un partage des équipes pour plus de réactivité ». Ces chercheurs conçoivent de nouveaux produits, comme des capteurs. Pour les valider, un parc à instruments a été implanté à proximité des laboratoires. Dans les prochains mois, une soufflerie de 50 m2 verra le jour. Elle permettra de tester des capteurs de mesure du vent. Car la collecte des observations en mer, au sol, en altitude et depuis l'espace est le cœur du métier des météorologues et climatologues. Près de 130 salariés toulousains travaillent dans ce domaine. Pour rassembler ces données, les équipes utilisent des satellites, des réseaux de station de mesures au sol, des bouées… 24 radars hydrométéorologiques qui permettent d'estimer les précipitations en temps réel sur toute la France sont également employés. « Un plan d'investissement consistant à remplacer en moyenne deux radars par an à partir de 2013 a été fixé, explique Françoise Ruiz, directrice des systèmes d'iobservation. Leur modernisation va améliorer le réseau opérationnel et la concentration de toutes les équipes à Toulouse permettra d'être plus précis sur les prévisions. »