à la santé des fêtards de Saint-Pierre

Maylis Jean-Préau

— 

Un peu à l'écart des terrasses, le minibus distribue des éthylotests et des préservatifs.
Un peu à l'écart des terrasses, le minibus distribue des éthylotests et des préservatifs. — F. Lancelot/20 minutes

Quand les jeunes festoient, leur santé trinque. C'est à partir de ce constat que la mairie a mis en place des actions de prévention dans un lieu très exposé : la place Saint-Pierre. A deux pas des bars, le minibus du dispositif « Fêtons plus, risquons moins » dresse le camp deux à trois soirs par semaine. A son bord, six membres d'associations partenaires du projet. Ce samedi, c'est la bringue. Des noctambules s'approchent intrigués par le stand où on trouve des plaquettes sur les conduites à risques, des éthylotests, des préservatifs… « C'est gratuit ? Ha ! Super », se réjouit Thomas, 18 ans. De l'autre côté du comptoir, Yava et Morgane sont là pour informer. Les autres intervenants font des maraudes autour des berges. « C'est la sixième soirée depuis début septembre, des jeunes commencent à nous connaître. Il y en a qui se confient sur leur consommation d'alcool ou de drogue », explique Yava. Ici, il n'y a pas de tabou.

« Ça fait réfléchir »
Pour Monique Durrieu, adjointe au maire en charge de la Santé publique, ce dispositif est un des maillons de la charte de la vie nocturne. « l'idée, dit-elle, c'est de ne pas être moralisateur et de créer un climat de confiance pour sensibiliser les jeunes sur le thème de la santé ». La présence des équipes rassure également les riverains et les barmen. En 2011, 3 000 jeunes ont été en contact avec les intervenants. Mais les résultats restent difficiles à quantifier. « Sans cet éthylotest, j'aurais conduit ma voiture. Là, ça me fait réfléchir », confie Lisa, 21 ans. Sur le stand, des garçons s'esclaffent devant un préservatif féminin tandis que des retraités, sortant d'un concert, testent leur alcoolémie. Dans une ambiance bon enfant, près de 300 personnes sont passées sur le stand ce soir-là. Après une pause début novembre, le minibus reprendra le chemin de Saint-Pierre en avril prochain et pourrait même élargir ses tournées à d'autres plaques tournantes des nuits toulousaines.