La mammographie, même gratuite, reste un privilège

Hélène Ménal
— 

   Il y a une géographie de la mammographie. Et elle épouse assez bien les contours des quartiers populaires toulousains. C'est du moins ce que montrent les statistiques de Doc 31, l'organisme chargé du dépistage organisé du cancer du sein. En France, 52 % des femmes de 50 à 74 ans profitent de l'examen gratuit qui leur est proposé tous les deux ans. En Midi-Pyrénées, ce taux tombe à 48 %. Il dégringole à 37,6 % en Haute-Garonne. « Et dans ces quartiers, la participation n'est plus que de 24 à 25 % », souligne Artus Albessard, médecin coordonnateur de Doc 31. 

 Courriers ciblés
Le spécialiste explique aussi que dans ces secteurs « où il y a très peu de gynécologues », le réflexe de dépistage individuel, en dehors du dispositif organisé, est « quasi inexistant ». Alors qu'il est très répandu dans d'autres quartiers plus huppés. Une inégalité sociale devant la santé que la caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM 31) a décidé de battre en brèche. « En 2011, nous avons constaté que seulement 22,3 % des 

   bénéficiaires de la couverture maladie universelle avaient participé au dépistage », indique Marie-Pierre Bardin sa directrice adjointe. En exploitant le 

   fichier CMU, la Sécu a repéré 2 407 femmes à convaincre dans le département. Elles vont recevoir un courrier personnalisé de sensibilisation. Par ailleurs, Octobre Rose, le mois de la mobilisation (lire encadré), se profile. Pour l'occasion, l'antenne de la CPAM de Bagatelle, située rue du Lot, organisera des journées d'information. 

baladeOctobre Rose débutera le 28 septembre avec une balade qui partira à 20 h du Capitole, à pied, à vélo ou à rollers. L'exercice physique est un des moyens efficaces de prévention du cancer du sein. Programme complet sur www.doc31.fr