Star Clash: «Koh Lanta» vs «The Island»

AVENTURE « 20 Minutes » passe, avec un peu de mauvaise foi, au crible les deux émissions d’aventure de TF1 et M6 pour désigner la plus « warrior » des deux…

Fabien Randanne
— 
Images extraites de la saison 15 de «Koh Lanta» et de la saison 2 de «The Island».
Images extraites de la saison 15 de «Koh Lanta» et de la saison 2 de «The Island». — Alain Issock - ALP - TF1 / Guillaume Mirand - M6

Des îles, des cocotiers et des candidats ne rêvant que de prendre une bonne douche. Koh Lanta, dont la quinzième saison est en cours de diffusion sur TF1, et The Island, qui reprend ce mardi soir sur M6 pour la deuxième année, ont pas mal de points communs. 20 Minutes passe les deux programmes au crible pour désigner la plus « warrior » des deux.

  • Round 1 : Les candidats

Koh Lanta : Dix filles, dix garçons en début d’aventure. Les candidats, âgés de 21 à 56 ans, se répartissent en deux équipes mixtes. Leur passion : dédier à haute voix leurs victoires à leur maman, à leur fiston ou à leur arrière grande tante, en s’exclamant comme s’ils venaient de gravir l’Everest.


The Island : Quinze filles, quinze garçons en début d’aventure. Les participants, âgés de 19 à 71 ans, se répartissent sur deux îles différentes selon leur genre. Même s’ils ne sont pas épargnés par les élans drama queen, les aventuriers sont avant tout là pour relever un défi personnel (pardon mamans, fistons et arrière-grandes-tantes) « Je n’ai pas d’histoire profonde à raconter ou de problème existentiel à régler », sourit Julieta, l’une des recrues de cette deuxième saison.


Un point pour… The Island. Parce que les candidats doivent filmer eux-mêmes leur aventure et que ce n’est sans doute pas facile de composer un cadre quand on a un coup de blues en pensant à ses proches bien pénards en France.

  • Round 2 : Les îles paradisiaques de l’enfer

Koh Lanta : Pour sa quinzième saison, le jeu d’aventure de TF1 a planté ses caméras en Thaïlande, là où a été tournée la toute première édition, en 2001. Un décor qui fait quand même rêver. On pense un peu à La Plage, le film de Danny Boyle avec Leonardo DiCaprio et Virginie Ledoyen…


The Island : Une île pour les filles. Une autre pour les garçons. En plein milieu du Pacifique. Les quinze femmes débarquent en pleine mangrove, on fait plus accueillant… Les hommes eux aussi ont galéré pour trouver une plage digne de ce nom afin d’établir leur campement. On est plus proche de Seul au monde avec son Tom Hanks hirsute


Un point pour… The Island. Parce que, cette année, les participants sont vraiment les moins gâtés. Et parce que Seul au monde est un meilleur film que La Plage.

  • Round 3 : Le présentateur charismatique

Koh Lanta : On ne peut imaginer une saison de Koh Lanta sans Denis Brogniart, ses bouclettes et ses tenues d’Indiana Jones casual. Le journaliste sportif – qui a commencé comme maître nageur – incarne le programme.


Qui, lors des conseils, pourrait mieux que lui mettre de l’huile sur le feu avec l’air de ne pas y toucher (« Virginie, vous avez mangé une bouchée de riz de plus que les autres, vous pensez que vos coéquipiers peuvent vous en vouloir ? ») ? Qui pourrait mieux que lui donner du suspense lors du dépouillement (« Une voix contre vous Robert. Cinq voix contre vous Didier, ce bulletin peut DEJA être décisif ») ? Qui pourrait mieux que lui maîtriser l’extinction de flambeau en assénant un redouté : « Les aventuriers ont décidé de vous éliminer Didier et leur sentence est irrévocable » ? Personne.

The Island : Question baroudage, Mike Horn en connaît un rayon. L’explorateur suisso-sud-africain qui compte plusieurs exploits à son actif (la descente du fleuve Amazone en hydrospeed, un tour du monde bouclé en 808 jours en suivant le cercle polaire…) envisage de relier prochainement le pôle nord au pôle sud en bateau…


Autrement dit, prodiguer ses conseils dans le cadre de The Island, c’est presque des vacances pour lui. S’il n’est pas à proprement parler « animateur » de l’émission, son CV d’aventurier confère de la crédibilité à cette « mission survie en terrain hostile » de 28 jours.

Un point pour… Mike Horn, donc The Island. Ça apprendra à Denis Brogniart à narguer les candidats suintant la transpiration et l’eau de mer avec ses chemises parfaitement repassées. La sentence de 20 Minutes est irrévocable.

  • Round 4 : Le niveau confort

Koh Lanta : Un stock de riz, une réserve d’eau potable, des petits bonus (une mousse au chocolat virant au vert sous le cagnard) en cas de victoire aux jeux de confort… dans l’émission de TF1, il y a de quoi améliorer un peu l’ordinaire.


The Island : Les candidats débarquent sur leur île avec 45 litres d’eau, une trousse de premiers secours, trois machettes et autant de couteaux… Ensuite, c’est à eux de se débrouiller. Pas de bol, cette année, le tournage a eu lieu en pleine saison des pluies. A peine les participants avaient-ils le temps de sécher qu’une nouvelle tempête tropicale se levait.


Un point pour… The Island. Certes, les candidats de Koh Lanta maigrissent à vue d’œil et ne sont pas épargnés par les piqûres de moustiques, mais comparé aux conditions de vie des participants de The Island, leur aventure ressemblerait presque à un séjour au Club Med.

  • Round 5 : Le mot d’ordre

Koh Lanta : « Chacun pour soi. » Ok, chaque candidat jure de se donner à fond pour sa tribu, mais les affinités s’effilochent très vite quand il s’agit de remporter 100.000 euros. Lorsqu’on a un minimum d’esprit de compétition, il n’y a rien de plus facile à désunir qu’une alliance pourtant scellée à la vie à la mort. Quiconque débarque dans Koh Lanta doit savoir qu’il n’y a aucune promesse qui tienne et que chacun a en tête l’épreuve des poteaux, et non d’aider ses potos !


The Island : « L’union fait la force. » Dans The Island, il n’y a rien à gagner si ce n’est la satisfaction d’avoir galéré pendant 28 jours sans avoir abandonné. « On se disait : "Si on avance, c’est toutes ensemble" », résume Hélène. Quand il n’y a aucun camarade à éliminer ni aucune stratégie à établir pour rester dans l’aventure, autant faire dans la bienveillance et l’écoute de l’autre.


Un point pour… Koh Lanta, qui est quand même l’émission dans laquelle on peut tomber dans un panier de crabes au propre comme au figuré. Il faut un sacré cran pour affronter les coups bas et les retournements de veste. Que celui qui n’a jamais failli à sa parole leur jette la première pierre.

AND THE WINNER IS… The Island. Ok, on ne ferait sans doute pas les malins en bermuda dans Koh Lanta, mais force est de reconnaître que le docu-réalité de M6 propose une expérience particulièrement ardue.

EDIT : Denis Brogniart vient de dégainer son collier d’immunité. Un coup très stratégique qui nous oblige à déclarer une victoire ex-aequo.