«La minute vieille» donne un coup de jeune à Arte

TELEVISION Dans cette nouvelle série courte qui arrive dès ce lundi soir sur la très sérieuse chaîne franco-allemande, des mamies racontent des blagues salaces. Une petite révolution...

Annabelle Laurent

— 

 «La minute vieille» est diffusée du lundi au vendredi à 19h40, dès ce lundi 2 juillet. 
 «La minute vieille» est diffusée du lundi au vendredi à 19h40, dès ce lundi 2 juillet.  — Arte

Elles sont trois. «Une mamie bourgeoise, une mamie populaire qui vit dans un HLM et une mamie bizarre qui pourrait être la femme d’un croquemort», résume le réalisateur Fabrice Maruca. Ensemble, et à tour de rôle, elles racontent une histoire drôle. Imitant sans sourciller un gorille en rut ou parlant sodomie avec un naturel déroutant.

Le format: 1 minute 30, 41 épisodes diffusés du lundi au vendredi à 19h40. Soit la première série courte de la chaîne, sur les traces de «Bref», «Scènes de Ménage» et les autres. Un appel à candidatures avait été lancé en 2011. 150 projets ont été reçus, dix sélectionnés.

En ouvrant le bal ce lundi, «La Minute Vieille» amorce une double révolution. Car à celle du «très court» s’ajoute celle de l’humour, pas franchement habituel sur la chaîne. Pour Hélène Vayssières, chargée des courts et moyens métragesdepuis 1996: «C’est une petite révolution, qui va changer notre image de chaîne sérieuse intello, l’ouvrir à un autre public, et sans perdre notre âme car le programme est vraiment de qualité.»

«En période de crise, alors qu'on a tous la sinistrose, on a besoin et envie de rire», lance Hélène Vayssière qui table sur un succès auprès de plusieurs générations, «les jeunes se marrent en pensant à leurs grands-mères, et les plus âgés en auto-dérision se marrent aussi».

Des blagues salaces sur Arte
 
«Quelle est l’antithèse d’une blague salace? Une vieille dame qui incarne la droiture, le respect, la politesse», explique Fabrice Maruca. Certes. Mais encore fallait-il convaincre Arte. La chaîne a un peu douté. «Ils ont dit oui tout de suite mais dans un deuxième temps, ils ont voulu un peu édulcorer», raconte le réalisateur, qui précise que les autres chaînes «adoraient toutes» mais «ça n'aboutissait jamais».
 
«La chaîne s’est demandée si c’était l’image d’Arte» confirme Hélène Vayssières, aujourd'hui conquise: «Elles disent des gros mots, mais ce n’est jamais vulgaire. On est attendris et on rit.» Et chez Arte, «tout le monde se prend au jeu». On l'a présentée en avant-première, les gens étaient tordus de rire», raconte-t-elle.
 
Fabrice Maruca, qui a aussi beaucoup écrit pour «Un gars, une fille» et «Samantha», a finalement «eu ce qu'il voulait» et est ravi «d'être le premier à faire ça sur Arte».
 
La vague des séries courtes est lancée. Viendront bientôt les séries d'animation «Silex and the City», adaptation de la BD de Jul et «Juliette Génération 7.0» sur les aventures d'une séxagénaire hyperactive, ou encore «H-Man», sur un super-héros incarné par Arthur H. Beaucoup d'animation mais pour un public adulte: Arte ne fait jamais comme tout le monde.
 
Cet été, la chaîne se décline en «Summer of Rebels», avec une programmation spéciale proposée du 8 juillet au 2 septembre. «Que ces vieilles dames soient à l'antenne pour l'été des rebelles, je trouve ça extra. Ce sont nos rebelles!» se réjouit Hélène Vayssières. 
 
Des mini-blagues sont déjà diffusées sur la page Facebook de la série: