Les télés au secours des sans-papiers?

©2006 20 minutes

— 

"Vous n'êtes pas seuls" lance à une foule de regards angoissés un membre du comité de soutien aux parents sans papiers d'enfants scolarisés, devant la préfecture de police de Paris: mercredi, la mobilisation s'est poursuivie avec le dépôt d'un millier de demandes de régularisation.
"Vous n'êtes pas seuls" lance à une foule de regards angoissés un membre du comité de soutien aux parents sans papiers d'enfants scolarisés, devant la préfecture de police de Paris: mercredi, la mobilisation s'est poursuivie avec le dépôt d'un millier de demandes de régularisation. — Jean Ayissi AFP

Des micros surplombent la foule sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris : facile de repérer les équipes de l'AFP Vidéo, d'Arte et de France 3, hier matin. Elles étaient là pour filmer les centaines de sans-papiers venus déposer un dossier de régularisation à la préfecture de police. La télé a largement rendu compte des conditions de vie des quelque 15 000 clandestins qui ont inscrit leurs enfants à l'école, mais restent menacés d'expulsion. « Depuis janvier, nous avons diffusé dix-sept sujets sur ce thème, le double avec les rediffusions », atteste Pascal Doucet-Bon, chef des « infos géné » de la Deux. « Nous y avons consacré six reportages dans les JT rien que la semaine dernière », complète son homologue de France 3 Philippe Panis.

Parti en croisade contre « la chasse aux enfants », le Réseau éducation sans frontière (RESF) a bien compris le goût des médias pour ce feuilleton à fort coefficient émotionnel. « La couverture n'a pas faibli depuis janvier, quand nous avons communiqué sur les premiers parrainages d'enfants par des personnalités », se félicite Anne-Laure Barbe, membre de RESF. Le « 12/13 » de France 3 a ainsi reçu vendredi un Philippe Torreton devenu parrain. « Ce côté “paillettes” peut paraître gênant, mais on se doit d'utiliser le pouvoir de l'image pour faire connaître la cause », revendique l'avocat Stéphane Maugendre, spécialisé dans la défense des immigrés.

Sur toutes les chaînes essaiment donc des reportages consacrés à ces familles menacées de reconduites à la frontière. Au risque de préférer le ressenti à l'analyse. « Ces situations spectaculaires peuvent tirer les larmes, admet Etienne Leenhardt, numéro 2 de l'info de France 2. Mais nous n'inventons rien, c'est notre boulot de les montrer. » Du coup, « on compense avec un commentaire très sobre », souligne Virginie Fichet, auteur pour France 2 d'un zoom sur une famille arménienne. Sobriété ou non, Arno Klarsfeld, le médiateur qui doit examiner les dossiers au cas par cas, a reconnu lundi sur France Inter que « le biais de la presse » pourrait l'alerter sur la détresse de certaines familles ! Réponse médiatique à une mobilisation médiatique.

Raphaëlle Baillot