Président de cour vexé, journalistes convoqués

©2006 20 minutes

— 

A Orléans, quand la justice n'apprécie pas le ton des journalistes, elle déclenche la procédure. Vendredi dernier, deux journalistes de France 3 Centre ont été convoqués par la police judiciaire pour s'expliquer sur le compte rendu, le 17 mai, d'un procès. Le commentaire indiquait que « les ministères, à Paris », s'intéressaient de près au verdict que devait rendre la cour d'appel dans une affaire de fauchage d'OGM. « Le président de la cour a cru que nous mettions en cause son indépendance », explique le rédacteur en chef, Dominique Delhoume. Le parquet d'Orléans a demandé des copies du JT puis, après le refus de la rédaction, les a saisies au cours d'une perquisition. Malgré la convocation qui a suivi, « il n'a jamais été question d'engager de poursuites pénales, assure la procureur générale Gervaise Taffaleau. Mais nous voulions faire connaître notre émoi. » « Je n'ai jamais vu ça, rétorque Dominique Delhoume. Ils auraient pu nous appeler. »

D. I.