Les archives de l'INA zappent le droit d'auteur

©2006 20 minutes

— 

Plusieurs millions de connexions et un syndicat qui ronchonne. Lundi dernier, 730 000 personnes se sont bousculées pour consulter quelques-unes des dix mille heures d'archives télé mises en ligne la semaine dernière par l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Ce triomphe fait grincer le Syndicat national des journalistes de France 3. « Le principe est formidable, mais l'INA n'a jamais demandé aux auteurs des reportages l'autorisation de les diffuser sur son site », note Carole Petit, secrétaire générale du syndicat. « Un accord signé en 1984 stipule que les signataires d'un sujet cèdent leurs droits après la première diffusion, mais personne n'avait envisagé un relais massif sur Internet », reconnaît Olivier Lombardi, secrétaire général de l'INA. L'Institut ouvre donc mercredi prochain des négociations avec France Télévisions et les syndicats. « Nous reconnaissons le droit à rémunération des journalistes, indique Olivier Lombardi. Reste à inventer un mode de calcul cohérent et simple à appliquer. »

Dan Israel