Quand la caméra pacifie les terrains de foot

©2006 20 minutes

— 

« Moins de coups, moins de gnons, moins de gifles pour utiliser un langage plus châtié ! » Derrière le bagout de Guy Roux se cache l'idée que la prolifération des caméras sur les terrains aurait assagi les rois du tacle assassin. « Nous savons que nos comportements seront vus et revus, et nous en tenons compte », confirme le joueur du PSG Vikash Dhorassoo. Dans les années 1950, les matchs étaient retransmis via seulement trois caméras, alors qu'une vingtaine est aujourd'hui mobilisée. Avec la banalisation des micros, les pros réfléchissent aussi à deux fois à leurs propos. « Le temps où des vertes et des pas mûres pleuvaient entre arbitres et joueurs est révolu », s'amuse Thierry Gilardi, commentateur de TF1. Conséquence, les footballeurs sont devenus des experts cathodiques. Et savent parfaitement ce qui se voit... et ce qui ne se voit pas ! « Comme marcher sur la jambe d'un adversaire en ayant l'air de ne pas l'avoir fait exprès, conclut Guy Roux. La nature humaine s'exprime toujours. »

Raphaëlle Baillot