Maxime de Koh-Lanta: «Je n'ai aucun regret, j'aime prendre des risques»

INTERVIEW Le jeune Belge a fini par être pris à son propre piège...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

Maxime, candidat de Koh-Lanta 2011.
Maxime, candidat de Koh-Lanta 2011. — A.ISSOCK / ALP

Ce qui devait arriver arriva. Les stratégies de Maxime, le jeune Belge de 20 ans, ont fini par lui coûter sa place dans Koh-Lanta. L’impitoyable stratège a été sacrifié ce vendredi soir par l’ambassadeur de sa propre équipe, Olivier, qui ne lui a pas pardonné l’affaire du faux collier d’immunité. Maxime réagit à son élimination pour 20Minutes.

N’êtes-vous pas trop déçu d’avoir été sacrifié de la sorte par votre propre équipe?
Oui bien sûr, il y a beaucoup de déception. C’est aussi une question de mauvais timing: A 24 heures près, ça ne se serait pas passé comme cela. Ce qui est choquant, c’est de ne pas pouvoir se battre une dernière fois, c’est un choix complètement arbitraire. J’aurais bien voulu m’opposer plus tard à quelqu’un comme Olivier, cela aurait été un beau petit duel.

Votre stratégie a fini par vous nuire. Pourquoi avoir joué de cette manière?
C’était un choix complètement délibéré. En regardant les émissions précédentes, je savais que les équipes avaient tendance à éliminer les candidats par ordre croissant, des plus faibles aux plus forts. Comme je n’étais pas l’un des meilleurs sportifs, il fallait que je mette les bonnes cartes sur la table si cette dynamique suivait. Je devais me protéger et aussi d’autres personnes plus faibles comme Virginie et Ella. Certains comme Anthony et Teheiura ont utilisé leurs atouts sportifs, moi mes atouts stratégiques et cela aurait été bête de ne pas le faire. Je me suis aussi dit que ce n’était qu’un jeu et qu’avec mes coups de poker, ça passe ou ça casse, mais c’est passé pendant longtemps.

Vous ne regrettez pas de vous être mis certains candidats à dos, notamment Lisa et Catherine, à cause de vos stratégies?
C’est toujours très dur de sortir rapidement du jeu, c’est frustrant, mais on sait à quoi s’attendre sur Koh-Lanta, c’est pas Fort Boyard! Je n’ai aucun regret, j’aime prendre des risques, je suis très joueur dans la vie et la stratégie fait partie du concept de l’émission. Je préférais que ce soit plutôt elles qui partent que moi, je ne vais pas m’excuser d’avoir gagné. Ces personnes sont intelligentes, elles savent faire la différence entre le jeu et la vie quotidienne.

Pensiez-vous vraiment pouvoir arriver au bout avec vos stratégies?
Il y aurait eu moyen. Si les filles n’avaient pas eu peur et retourné leur veste à cause du faux collier d’immunité, on aurait pu rester soudé et aller loin. Il aurait fallu l’avouer, mais au bon moment. En même temps, il est impossible de savoir la suite, il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu. J’essayais de réfléchir, d’avoir plusieurs conseils d’avance. Mais là, je n’aurais pas imaginé que Florence puisse tout avouer à ce moment-là.

Le faux collier n’était-il pas justement le coup de poker de trop?
Oui, c’était un coup de bluff, mais comme les Wasaïs perdaient toutes les épreuves d’immunité, je m’ennuyais un peu, je n’avais plus besoin d’utiliser de stratégies. Sans conseils, c’était un coup de stress formidable en moins, mais en même temps, j’étais à Koh-Lanta pour ça, c’était terriblement emballant.

Que garderez-vous de cette aventure?
Mes meilleurs souvenirs sont ceux qui n’ont pas été montrés à l’écran, la complicité que j’ai pu nouer avec les autres candidats, quand on était assis sur le sable à regarder le soleil se coucher. On avait besoin de ces petits moments sympas, de se sentir soutenus, parce qu’on était dans des conditions atroces. J’en retire tout de même énormément de bonheur, c’était un rêve pour moi de participer à Koh-Lanta. Si je devais le refaire, je ne changerai rien à ce que j’ai fait parce que j’avais envie de montrer à mon père que je pouvais rester plus que trois jours. Depuis le début de l’émission, je ne lui ai rien dit, il stresse chaque vendredi, mais il est vraiment content et ça, c’est encore une épreuve de confort de gagnée.