Calme cathodique avant la tempête électorale

©2006 20 minutes

— 

A un an du premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril 2007, les chaînes fourbissent leurs armes. Première à dégainer, TFJ sur le câble. Dans « Compte à rebours », Paul Wermus reçoit chaque dimanche depuis six semaines des acteurs politiques appelés à décrypter l'actu de la campagne. « Pour une petite chaîne, commencer tôt est un bon moyen de se démarquer », sourit-il. Ce rendez-vous confidentiel excepté, le téléspectateur n'a pas encore vu la couleur d'une « spéciale élection ».

Mais ce calme précède la tempête cathodique de la rentrée prochaine. « Nous sommes en pleine réflexion », assurent en choeur TF1, France 2 et M6. D'autres entrent déjà en période d'essais préélectoraux. Avec une idée fixe : dénicher le concept original. Ainsi, le 23 mai, France 3 proposera un « 20 h 50 » provisoirement titré « Et si les Français ». Un film croisera les portraits de six Français supposément dynamiques, amenés en plateau à interroger des politiques. Pas loin de l'intention d'« A vous de juger », qui, sur France 2, tente un jeudi par mois de réconcilier les citoyens et leurs représentants... « J'espère qu'en cas de succès, cette soirée en entraînera d'autres », glisse Jean-Michel Blier, chef du service politique de la Trois et coprésentateur de ce format avec Audrey Pulvar.

Au même moment, iTélé testera « A sa place vous feriez quoi ? », un face-à-face où une personnalité de la société civile se glissera dans la peau d'un élu. Reste que la filiale info de Canal+ s'est fait chiper Christophe Barbier, directeur adjoint de la rédaction de L'Express et habitué des plateaux, par sa rivale LCI. « Je vais animer de grands débats, sans doute avec Michel Field », assure l'intéressé, qui promet d'être « la moutarde sur la viande politique ». Un piquant qui sera nécessaire pour capter un public de plus en plus sollicité à l'approche de l'échéance. Ce qu'a bien compris France 5, seule chaîne à annoncer un concept vraiment original dans cette autre guerre des suffrages : douze sujets de 26 minutes décortiqueront verbe et gestuelle des tribuns. Aux manettes du projet, le journaliste Gérard Leclerc, qui annonce fièrement « une forme nouvelle et moderne de documentaire ». Rendez-vous en septembre.

Raphaëlle Baillot