TV5 Monde : Jean-Jacques Aillagon ferait ses valises

©2006 20 minutes

— 

Partira-t-il au terme de son mandat ou plus tôt ? Officiellement, Jean-Jacques Aillagon, président de TV5 Monde depuis avril 2005, est en poste jusqu'en juin. « Je ferai bientôt connaître mes dispositions, assure-t-il, les rumeurs m'indiffèrent, et je m'exprimerai quand j'en aurai envie. » Un mystère peu prisé des syndicats. La CGT et SUD, qui regrettaient lundi ses « fréquentes absences », souhaitent savoir s'il a « l'intention de demander le renouvellement de son contrat ». Très improbable. « Il sait qu'il ne l'obtiendrait pas », souligne un responsable. La valse des prétendants a donc commencé.

François Bonnemain, ex « communicant » de Jean-Pierre Raffarin, était mardi dans les locaux de la chaîne. Yves d'Hérouville, conseiller audiovisuel d'Aillagon lorsqu'il était ministre de la Culture entre 2002 et 2004, est aussi pressenti. « En bon mégalo, Aillagon pense qu'il a son mot à dire. Il temporise pour s'assurer que ses lieutenants resteront en place, affirme-t-on en interne. Mais dans le fond, il se fiche de TV5. » Le PDG n'a pourtant pas chômé.

Sa grande oeuvre ? Une grille toute neuve mais onéreuse. Ainsi, « Le monde de TV5 », vitrine d'info quotidienne de la chaîne, coûterait de 2,5 à 3 millions d'euros annuels. S'y ajoute l'organisation très dispendieuse d'un déménagement confié à Marie-Christine Saragosse. Ex-numéro 2 d'Aillagon, elle a quitté le navire le 1er février, et n'a toujours pas été remplacée. TV5 Monde migrera néanmoins en juin de la rue Cognacq-Jay à l'avenue de Wagram dans les ex-locaux de Sony.

Des dépenses engagées alors que le Quai d'Orsay « a gelé la rallonge de 3 millions d'euros nécessaires à la réalisation de ces projets », soupirent les délégués du personnel. Fin 2006, la chaîne « pourrait accuser un déficit de 4,5 millions d'euros » ajoutent d'autres sources.

Où émargera alors Jean-Jacques Aillagon ? Il envisageait la présidence du CSA, mais se repliera probablement au Palazzo Grassi de Venise, dont il est directeur artistique. Pour l'heure, il est poursuivi par la CFDT et le SNJ. TV5 fut, en effet, sous sa tutelle lorsqu'il était ministre de la culture. Et sa présidence relèverait de « la prise illégale d'intérêts ». Audience le 7 avril.

Alice Coffin