Meurtre d'Ilan: les JT jouent la prudence

©2006 20 minutes

— 

S. POUZET / 20 MINUTES

« Ilan Halimi a-t-il été séquestré et torturé parce qu'il était juif ? Il est encore trop tôt pour répondre. Mais les juges d'instruction ont retenu l'antisémitisme comme circonstance aggravante... même si le motif semble d'abord crapuleux. » Mardi sur France 2, David Pujadas était emprunté. Avant de lancer un sujet sur l'antisémitisme supposé du « gang des barbares », le présentateur du « 20 heures » a pris moult précautions oratoires. Illustrant l'embarras des médias sur cette affaire. « Dès la semaine dernière, les proches d'Ilan affirmaient qu'il avait été tué en raison de sa religion, souligne Arlette Chabot, directrice de l'info de la Deux. Mais ces rumeurs étaient démenties par les enquêteurs. Nous n'en avons donc pas fait état. »

Pourtant, lundi soir, sept suspects sont mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un assassinat en raison de l'appartenance de la victime à une religion ». « Dès lors, il fallait relayer ces faits, ainsi que l'inquiétude de la communauté juive, explique Arlette Chabot. Mais nous restons très prudents. Dans cette affaire, l'antisémitisme est latent, mais ce n'est pas le mobile premier. » Jean-Jacques Basier, rédacteur en chef du « 19/20 » de France 3, est sur la même ligne : « En rendant compte des mises en examen, de l'opinion de la famille d'Ilan et des déclarations des politiques, nous n'informons pas sur des suppositions. »

Lundi, Nicolas Sarkozy a, lui, pointé les relents antisémites du crime. Une appréciation qui trouble Jean-Claude Dassier, patron de LCI : « La réaction politique est trop rapide. Il faut éviter l'emballement et ne pas reproduire l'affaire du RER D. » En juillet 2004, une jeune femme avait faussement prétendu avoir été agressée parce qu'elle était juive. Ses allégations avaient été reprises, sans recoupements, par Jacques Chirac, puis par l'ensemble des médias... qui ont, depuis, juré avoir retenu la leçon. Vraiment ? Vendredi, France 2 a consacré un reportage aux réactions dans la cité des Tertres, à Bagneux. Le procureur de la République avait en effet indiqué que les « barbares » en étaient originaires. Alors qu'ils vivaient en fait à la cité de la Pierre-Plate. Dan Israel