Rap:la télé préfère la sociologie à la musique

© 20 minutes

— 

Depuis les récentes émeutes, les têtes de pont du hip-hop français se succèdent à un rythme inhabituel sur les plateaux. Samedi, Lady Laistee présentait son dernier album dans « Tout le monde en parle ». Le 27 novembre, Monsieur K était invité par « On ne peut pas plaire à tout le monde » pour défendre l’un de ses titres, taxé d’« incitation à la violence » par des élus UMP. « Et quinze jours plus tôt, Disiz la Peste était chez Ardisson, note le rappeur Oxmo Puccino. Nous sommes toujours les bienvenus pour nous exprimer sur les voitures qui brûlent. Beaucoup moins pour parler simplement de musique... » Une situation dénoncée il y a un mois par Akhénaton chez Marc-Olivier Fogiel. Le pilier d’IAM déplorait que ses poulains, le groupe Psy 4 de la Rime, étaient non grata sur les ondes télé. Depuis la rentrée, malgré les 100 000 ventes de leur dernier album, seul « Top of the pops » – France 2 et France 4 – les a accueillis. « Pour la plupart des programmateurs, ils ne sont que de jeunes Marseillais à casquette, déplore le journaliste spécialisé Olivier Cachin. Ils font peur, et doivent se contenter de la diffusion de leurs clips sur le câble. » De 1990 à 1993, Cachin a valorisé les cultures urbaines dans « Rapline » sur M6. Lointain souvenir, à l’instar d’« HIP-HOP », le dimanche sur TF1... en 1984 ! « C’était le premier concept du genre au monde, mais la brèche s’est vite refermée », regrette Laurence Touitou, productrice de l’émission, aujourd’hui rédactrice en chef de « Trafic.musique » sur France 2. Preuve de la marginalisation, « Taratata » de Nagui n’a, depuis sa renaissance en avril, ouvert ses micros qu’à trois groupes de rap, sur plus de 80 invités. Depuis janvier, « L’album de la semaine » sur Canal+ en a convié trois, et « Trafic.musique » un. Restent les petites chaînes. Depuis octobre, Europe 2 TV a programmé trois « live » de hip-hop. Le 18 janvier, France 4 inaugurera « Planète Rap », déclinaison bimensuelle de l’émission de Skyrock, qui attire 800 000 auditeurs chaque soir. « Il était inacceptable que la musique de toute une génération soit ignorée par le petit écran », lance son animateur, Fred Musa. Dan Israel