«Votre commission est un alibi»

©2006 20 minutes

— 

Christian Dupont Chef du service international de la RTBF (Radio et télé belge francophone)

Comment allez-vous couvrir l'audition du juge Burgaud ? Nous avons traité de tous les rebondissements du dossier d'Outreau depuis le début

Pour les auditions de la commission parlementaire, nous avons mis en place un dispositif particulier

Notre correspondante à Paris fait des sujets réguliers et aujourd'hui, nous diffuserons en direct une partie de l'audition du juge Burgaud lors de notre JT

Quelles sont les similitudes entre Outreau et l'affaire Dutroux ? A Outreau, les accusations ont commencé peu de temps après la condamnation du pédophile Marc Dutroux

Comme l'affaire Dutroux, Outreau a mis en lumière les errements de la justice

Chez nous aussi, une commission d'enquête parlementaire a été diligentée

Les résonances entre les deux instructions et les deux procès sont nombreuses

Nous avons donc un regard en miroir sur votre actualité

La RTBF a-t-elle pris des précautions avant de diffuser les auditions de la commission parlementaire consécutive au procès Dutroux ? A chaque retransmission, un journaliste recontextualisait l'événement

Mais les conditions de tournage et de réalisation étaient moins drastiques que chez vous

Nous avons assumé la charge émotionnelle de ce dossier

Nos caméras n'étaient pas fixes et zoomaient sur les témoins interrogés, les membres de la commission ou les familles des victimes

L'émotion ne brouille- t-elle pas la donne ? L'émotion est inhérente à la justice

Surtout dans ce type d'affaires

En rendre compte raisonnablement n'a pas empêché la commission d'enquête belge de faire son travail, en proposant des réformes concrètes

En France, votre commission est un alibi

Elle n'a pas de vrai pouvoir

C'est pourquoi d'aucuns lui reprochent aujourd'hui sa dimension « spectaculaire »

Ces diffusions ont-elles des vertus démocratiques ? Elles permettent une introspection collective

En témoigne l'audience qu'elles suscitent

En Belgique, elles ont désamorcé une vague poujadiste contre les politiques, la police et la justice

Et via ces auditions, la population a compris comment fonctionnait notre système judiciaire

En clair, les relations entre les Belges et leurs institutions se sont pacifiées

Recueilli par David Medioni Lire aussi page 6