20 Minutes : Actualités et infos en direct
ÉliminationLuc et Cyrille n’ont « pas vu venir les alliances » dans « Pékin Express »

« Pékin Express » : « Des alliances se sont faites dès le premier épisode », dévoile Luc, éliminé avec Cyrille

ÉliminationLe couple breton revient pour « 20 Minutes » sur son élimination à l’issue d’un duel final très disputé face à Paloma et Jason lors du deuxième épisode du jeu de M6.
Cyrille et Luc
Cyrille et Luc - Patrick ROBERT / M6 / M6
Maxime Fettweis

Propos recueillis par Maxime Fettweis

L'essentiel

  • Le deuxième épisode de Pékin Express, le choix secret, a été diffusé jeudi 10 mars 2022 sur M6.
  • Le couple breton, Cyrille et Luc, a été éliminé à l’issue du duel final qui l’opposait aux Belges, Paloma et Jason.
  • « On a tellement profité [de l’aventure] qu’on n’était peut-être pas assez dans la compétition et on n’a pas vu venir les alliances », confie Luc à 20 Minutes.

Le second duel final de Pékin Express, le choix secret, s’est disputé entre couples. La Bretagne d’un côté, la Belgique de l’autre. Cette ultime épreuve aura été fatale pour les Bretons Cyrille et Luc, qui ont ensuite découvert que l’étape était éliminatoire et ont quitté le jeu d’aventure de M6. Les deux hommes reviennent pour 20 Minutes sur leur parcours sur les terres boliviennes.


Après duel final, vous êtes apparus très froid envers Jason et Paloma qui voulaient vous réconforter, pourquoi ?

Cyrille : Je ne m’attendais pas à partir, j’avais le sentiment de faire un bon duel final… On ne le voit pas dans l’épisode mais nous avons été très fair-play avec Paloma et Jason sur la course. On les a aidés parce qu’ils avaient perdu leurs consignes de route. On s’est retrouvés au bord de la route en même temps pour trouver des voitures, naturellement on leur a proposé d’arrêter les voitures chacun à notre tour pour ne pas se battre bien qu’on était les premiers arrivés. Cela leur a permis de repartir un petit peu avant nous. Alors quand ils nous ont choisis, il y avait un petit peu d’amertume.


Selon vous, qu’est-ce qui a motivé leur choix ?

Luc : Ça a été très vite. Après on a su qu’il y avait des stratégies qui avaient été mises en place et on n’a rien vu venir. Il y a des alliances qui se sont faites dès le premier épisode.


Aujourd’hui encore, on sent que la pilule a du mal à passer…

Luc : Il y a des comportements qu’on ne supportait pas car on est peut-être plus matures et moins intéressés par ce que peut offrir Pékin Express au-delà de l’expérience humaine. On ne cherche pas à devenir influenceurs ou je ne sais quoi. Quand on est rentrés on a eu beaucoup de mal à digérer notre défaite.

Cyrille : Vous dire que quand on pense à notre élimination ce n’est pas douloureux serait mentir. Mais quand on pense qu’on était 40.000 au départ et seulement seize à partir à l’aventure… Il faut se rendre compte de la chance qu’on a eue. Pékin Express reste une grande famille. On s’apprécie, on avait tous le même rêve, on l’a tous réalisé. Mais c’est comme dans les familles, on n’a pas envie de se voir tous les quatre matins pour autant.


Après votre élimination, vous racontez que votre plus grande crainte est de décevoir vos enfants. Comment ont-ils vécu la diffusion avec vous ?

Luc : Ils étaient assez contents, surtout du portrait. Ils ont dit que c’était vraiment nous. On ne l’a pas vu dans le premier épisode mais j’ai été malade comme Colette. J’ai été sous oxygène pendant une heure avant le début de la course. Une de mes filles m’a dit : « On voit que tu es malade… » Durant la première étape, j’ai eu deux jours très difficiles sur les trois.

Cyrille : On s’est retrouvé à trois heures du départ de la course à se dire qu’on ne partirait pas. Luc est tombé par terre, il ne pouvait plus tenir sur ses jambes. On pleurait, on s’est dit qu’on avait fait tout ça pour ne pas partir. Comme Luc n’est pas du genre à s’apitoyer sur son sort, il a pris sur lui.


Pourquoi avoir décidé de participer à cette émission ?

Luc : On avait déjà postulé en 2009, nous avions été contactés mais on n’avait pas pu aller au bout pour des raisons professionnelles. On a repostulé en 2019, puis en 2022 ça a fonctionné. On aime bien l’aventure, on voyage beaucoup et l’émission nous intéressait vraiment.

Cyrille : On a participé à Pékin Express pour l’aventure humaine. C’est ce qu’on attendait et on n’a pas été déçu. On a eu des rencontres, des moments d’émotions, des difficultés, des remises en question… C’est très enrichissant !


Quel moment retenez-vous de votre participation ?

Cyrille : Le moment le plus fort reste le 29 juin, quand le téléphone a sonné et que la directrice du casting nous a dit : « J’ai une nouvelle à vous annoncer, je ne sais pas si elle est bonne, mais vous partez à l’aventure. » On ne s’y attendait tellement pas, on pensait ne pas être pris. On a demandé : « Pourquoi nous ? » Elle nous a répondu : « Vous êtes Pékin Express, c’était obligé que vous partiez à l’aventure ! »


Vous êtes le troisième couple homosexuel à participer à Pékin Express. Est-ce une fierté ?

Luc : On nous a bien dit qu’on n’a pas été choisis pour ça. Ils nous ont pris pour ce qu’on était, une famille recomposée, pas parce qu’on était deux garçons.

Cyrille : On n’a aucunement honte de ce qu’on est, on fréquente la communauté LGBT mais on n’est pas des étendards non plus. C’est avec grand plaisir qu’on accepte tous les jolis messages mais notre sexualité ne nous définit pas en tant que personnes et en tant que couple. On n’est pas que Cyrille et Luc les homosexuels, on est juste Cyrille et Luc.


Avez-vous reçu des messages de haine suite à la diffusion ?

Luc : Le premier jour ça a été violent, et encore on n’est pas sur Twitter ni TikTok. Après ça s’est rapidement terminé. On prend du recul quand on voit un message. Il y a eu quelques messages virulents dès que notre portrait a été diffusé mais ensuite ça n’a été que des messages sympas.

Cyrille : Après, on est en capacité de le gérer. On n’a pas attendu Pékin Express pour être confronté à de l’homophobie, à des regards. On le savait et on pensait que ce serait plus violent que ça. Majoritairement on a des retours très positifs.


Est-ce que votre homosexualité aurait pu être un frein à votre candidature à l’émission ?

Luc : On n’aurait pas fait Pékin Express il y a quelques années car on a mis une dizaine d’années à construire notre couple. Pour les enfants, pour mes filles, pour Cyrille ça n’a pas été tout rose… On a consulté tous les enfants, ça a été une décision collégiale.

Cyrille : On s’est lancés parce qu’on a été soutenus par notre tribu. En nous exposant en tant qu’adultes, ça ne pose pas de problème. Mais on a un petit bonhomme de dix ans qui va peut-être devoir expliquer à l’école pourquoi son papy est amoureux d’un garçon. C’est pour ça qu’il fallait que tout le monde soit d’accord et préparé à ça. On a fait les choses comme il fallait, on a prévenu les instituteurs et institutrices juste avant la diffusion pour qu’il n’y ait pas de soucis et il n’y en a pas eu.


Au final, cette expérience vous a-t-elle permis de découvrir des choses l’un sur l’autre que vous ne soupçonniez pas ?

Cyrille : Avec la fatigue, le stress, certains binômes devenaient limite hystérique. De notre côté, on s’est surpris à ne pas se bouffer le nez.

Luc : On a découvert qu’on pouvait se surpasser même avec la douleur et la fatigue. On est vraiment complémentaires sur beaucoup de choses… On le savait mais ça a confirmé notre couple. On a su gérer le stress et profiter. À la fin de la première étape, deux binômes nous ont dit qu’ils subissaient leur aventure. On les a regardés et on leur a dit : « Mais non, il faut en profiter. » C’est peut-être ça qui nous a fait partir parce qu’on a tellement profité qu’on n’était peut-être pas assez dans la compétition et on n’a pas vu venir les alliances…

Sujets liés