« Le Meilleur pâtissier » : « Voir comment les proches stressent, c’est drôle », confie Manon, la gagnante

INTERVIEW Manon, Montpelliéraine et benjamine du concours de M6, a soulevé le trophée, mercredi soir

Propos recueillis par Nicolas Bonzom
— 
Manon a survolé la compétition.
Manon a survolé la compétition. — Marie ETCHEGOYEN/M6
  • Manon, benjamine de la compétition, a remporté Le Meilleur pâtissier, sur M6, mercredi soir.
  • « C’est quelque chose que je n’aurais jamais pu imaginer, jamais. Et je suis bien contente, enfin, de pouvoir le crier haut et fort », confie-t-elle, à 20 Minutes.
  • « On était extrêmement bienveillant les uns avec les autres, et je pense que c’est surtout ça, qui a fait que j’ai passé une merveilleuse aventure », sourit Manon.

Il ne faisait presque plus aucun doute, depuis plusieurs semaines, que c’était elle, la grande gagnante. Manon a remporté, mercredi soir, la 11e saison du Meilleur pâtissier, sur M6. La Montpelliéraine, benjamine de la compétition, a survolé le concours, en surprenant, à chaque dégustation, les papilles de Cyril Lignac et de Mercotte. La jeune femme, étudiante en diététique, a crié sa joie à 20 Minutes, au lendemain de sa victoire.

Vous pouvez enfin le dire, vous avez gagné !

Oui ! Enfin ! J’avais hâte.

Ça a été dur, de garder le secret pendant ces longues semaines ?

Franchement, oui, c’est difficile. C’était long. Mais d’un autre côté, voir comment les proches vivent le concours, voir leur stress… C’est plutôt drôle, en fait !

Qu’est-ce qu’elle représente, pour vous, cette victoire ?

C’est incroyable, c’est peu de le dire. C’est quelque chose que je n’aurais jamais pu imaginer, jamais. Et je suis bien contente, enfin, de pouvoir le crier haut et fort. C’est une émission que je regarde avec mes parents et mes sœurs depuis six ou sept ans, et jamais, je n’aurais pensé ne serait-ce que d’y participer. C’est vraiment dingue !

Les téléspectateurs n’avaient presque plus aucun doute, ces dernières semaines, sur le fait que vous alliez soulever le trophée, cette saison… Et vous ?

Très honnêtement, pas du tout. Dans ma tête, je n’aurais jamais imaginé gagner. C’était irréel. Bien sûr, je mettais tout en œuvre pour gagner. Et puis, au Meilleur pâtissier, on le sait, on peut tout réussir, puis se planter à une épreuve, et c’est terminé. Je ne me suis jamais reposée sur mes acquis, au contraire, j’essayais, à chaque nouvelle épreuve, de donner encore plus. Histoire de ne pas être frustrée de rater les dernières épreuves…

Vous avez peu raté d’épreuves !

Je suis très heureuse d’avoir raté peu de choses, oui. Pendant le concours, j’ai toujours montré ce que je voulais montrer, et ça, c’est la meilleure des récompenses.

Votre constance a d’ailleurs fait gentiment râler pas mal de vos concurrents…

(Elle rit) C’était une ambiance géniale, tout au long du concours. On était comme une vraie famille. On était extrêmement bienveillant les uns avec les autres, et je pense que c’est surtout ça, qui a fait que j’ai passé une merveilleuse aventure.

Est-ce votre penchant pour la pâtisserie « healty » qui a plu au jury, selon vous ?

C’est vrai que c’était une petite nouveauté. Mais c’était varié, je proposais des pâtisseries « healty », et d’autres non. Ils ont peut-être vu que j’avais plusieurs facettes, ça leur a plu.

Manon, lors de sa victoire, mercredi soir, sur M6.
Manon, lors de sa victoire, mercredi soir, sur M6. - Marie ETCHEGOYEN/M6

Y a-t-il des préparations qui vous ont laissé des sueurs froides ?

Oui ! Il y a plein de choses au Meilleur pâtissier que je n’avais jamais faites avant. Comme une fleur en chocolat, ou le travail de l’isomalt. Forcément, on apprend beaucoup.

Et les caméras, les oublie-t-on, au fur et à mesure ?

Au début, c’est un peu stressant, puis on les oublie vite. On doit tellement tout donner… Le plus compliqué, c’est qu’il faut sans cesse parler, à la caméra, pour expliquer ce que l’on prépare. C’est un peu déstabilisant les premières fois. Mais on prend rapidement le pli.

Cette victoire vous a-t-elle donné envie d’ouvrir votre propre pâtisserie un jour ?

Oui, ouvrir ma pâtisserie, c’est un rêve. On verra si, un jour, je le réalise. Je l’imagine un peu comme un salon de thé, avec des alternatives de pâtisseries plus saines, beaucoup de fruits. Quelque chose qui me ressemble. A Montpellier, pourquoi pas !