France-Tunisie : TF1 renvoie la balle à la Fifa et dénonce une fin de match « chaotique »

Football TF1 estime avoir été victime d’une situation « invraisemblable » et renvoie la responsabilité à la FIFA

M.F.
— 
Antoine Griezmann a vu son but inscrit dans les dernières minutes face à la Tunisie (1-0), annulé par le VAR.
Antoine Griezmann a vu son but inscrit dans les dernières minutes face à la Tunisie (1-0), annulé par le VAR. — Christophe Ena/AP/SIPA

On n'aurait pas pu prévoir, assure-t-on du côté de la tour TF1. La chaîne estime qu’à aucun moment ses équipes n’auraient pu se douter que l’arbitre allait revenir sur le score après le coup de sifflet final. Près de vingt-quatre heures après la fin de rencontre loupée entre la France et la Tunisie, la chaîne revient sur l’incident ayant empêché la diffusion en direct du résultat final de la rencontre, soustrait de l’ultime but d’Antoine Griezmann après l’intervention du VAR.

C’est Denis Brogniart, chef d’orchestre du Mag, qui succède à chaque rencontre sur la Une, qui a fait ses excuses au nom de la chaîne pour le quiproquo engendré par cette situation ubuesque. Après s’être aussi excusée auprès de ses téléspectateurs frustrés par voie de communiqué, la chaîne se défend d’avoir fait une erreur.

« La fin du match avait été sifflée », répète le groupe détenteur des droits de diffusion. Une fois ce signal enregistré, les équipes de TF1 lancent la suite des opérations, envoyant le top à la régie finale qui lance une coupure pub prédéfinie suivie du lancement du programme qui débriefe la rencontre.


Une lettre envoyée à la Fifa

TF1 va plus loin et renvoie la balle à la Fifa, s’estimant victime d’une situation « invraisemblable » lui causant préjudice d’image auprès de ses téléspectateurs. François Pellissier, directeur des Sports du groupe TF1 précise auprès de L’Equipe que la chaîne va envoyer un courrier à la Fédération car elle est aussi « victime d’une erreur d’arbitrage ».

La Une insiste encore pour dire qu’elle s’est déjà largement adaptée aux imprévus engendrés par la Fifa, notamment sur la durée des matchs, qui excède largement les 90 minutes en raison de l’augmentation moyenne du temps additionnel.



Un modèle économique basé sur la publicité

En moyenne, le match a rassemblé 8,84 millions de téléspectateurs sur la chaîne, soit 61,7 % de part d’audience. Le Mag a ensuite permis à TF1 de conserver 5,1 millions de téléspectateurs devant leur télévision. Ce sont donc autant de personnes qui ont découvert l’imbroglio causé durant la coupure publicitaire qui sépare les deux programmes.

La chaîne n’aurait-elle pas pu interrompre sa coupure pub pour permettre à ses téléspectateurs d’assister au score final ? L’événement sportif est un enjeu majeur pour la Une qui s’est acquittée d’un montant d’environ 70 millions d’euros pour diffuser les matchs. En 2018, le Mondial remporté par la France aurait rapporté des recettes brutes records de 128,3 millions d’euros, avait dévoilé Kantar. Chaque spot publicitaire est donc une importante rentrée financière pour la chaîne qui profite de l’attrait que représente l’événement footballistique en matière d’audience pour gonfler ses prix auprès des annonceurs.

TF1 rappelle également ne pas toucher la redevance, contrairement aux chaînes publiques. « Pour proposer les matchs en clair auprès de tous les Français », son modèle économique repose essentiellement sur la publicité. Et la chaîne d’ajouter que la temporalité ne permettait pas de stopper la publicité une fois lancée.