« Respire » : Une émission de variété impulsée par Santé Public France pour réussir son « Mois sans tabac »

Service public Avec « Respire » diffusé ce vendredi 18 novembre sur France 3, Santé Publique France entend remotiver les fumeurs à poursuivre leur « Mois sans tabac »

Maxime Fettweis
Après sa prestation, Patrick Bruel a confié à Églantine Éméyé être viscéralement anti-cigarette.
Après sa prestation, Patrick Bruel a confié à Églantine Éméyé être viscéralement anti-cigarette. — Gilles Gustine/FTV
  • L’émission Respire, est diffusée ce vendredi 18 novembre à 23h50 sur France 3.
  • Ce show musical inédit présenté par Églantine Éméyé et impulsé par Santé Publique France réunit une trentaine de chanteurs et humoristes à l’occasion du Mois sans tabac. L’objectif est de convaincre les téléspectateurs de tenter l’expérience de se passer de la cigarette durant un mois.
  • « On voulait sortir des sentiers battus et de quelque chose d’anxiogène… Depuis le temps qu’on dit que fumer tue, les gens le savent alors cette soirée c’est le choix de la solidarité », détaille l’animatrice à 20 Minutes.

Quand on nous a annoncé que France Télévisions préparait un grand concert à l’occasion du « Mois sans tabac », on a d’abord été saisi d’incompréhension. En quoi une émission rassemblant chanteurs et humoristes peut-elle participer à la lutte contre le tabagisme en France ? Missionné par Santé Publique France, le service public est tout de même parvenu à créer un concept inédit à l’occasion de ce mois de sevrage, pour encourager les participants à poursuivre leurs efforts ou les hésitants à tenter le défi.

Depuis 2006, les fumeurs sont invités à ranger leur paquet de clopes tous le mois de novembre, et même plus s’ils le désirent. Avec Respire, la télévision et la radio publique s’engagent pour donner une tape d’encouragement dans le dos des fumeurs qui participent au défi. Déjà diffusée sur Culturebox et France Bleu, l’émission sera diffusée sur France 3 ce vendredi et reste disponible sur la plateforme France Télévisions au moins jusqu’à la fin du mois.

Mais alors comment l’audiovisuel public tente de booster l’événement sanitaire avec une émission musicale, bien loin des levées de fonds annuelles des Restos du cœur ou du Sidaction ? 20 Minutes a rencontré les différents intervenants qui ont participé à l’élaboration de ce projet qui fait office de première mondiale.

Miser sur « l’aspect collectif »

« Ce format d’émission de divertissement est une première en santé publique », se réjouit Justine Avenel, cheffe de projet Mois Sans Tabac à Santé publique France. C’est l’agence nationale de santé publique qui a proposé ce format à l’audiovisuel public.

Son objectif est de « rendre concret l’aspect collectif du mois sans tabac ». En bref l’émission est avant tout un coup de boost pour les participants à ces 30 jours de sevrage, pour leur montrer qu’ils ne sont pas seuls et que d’autres sont passés par là avant eux. « L’opération Mois sans tabac s’étale sur un long moment. On commence dès octobre pour inciter les fumeurs à s’inscrire et puis tout au long du mois de novembre, il faut se soutenir pour tenir. C’est pour ça que l’émission n’est arrivée qu’à a mi-novembre », justifie Justine Avenel. C’est pour cette raison que la diffusion de l’émission est organisée sur plusieurs chaînes, en télévision et en radio et à des dates différentes.

Avec les traditionnelles campagnes publicitaires et actions de sensibilisation, le programme est un « levier supplémentaire » pour « insuffler quelque chose de nouveau après la pandémie de Covid-19 ». « Si on arrive à arrêter de fumer pendant un mois, on a cinq fois plus de chances d’arrêter complètement », ajoute Églantine Éméyé, choisie pour animer cette soirée spéciale. Elle est donc fière de pouvoir participer à cette impulsion alors que Santé Publique France estime encore que 75.000 personnes meurent encore chaque année en France à cause du tabagisme, élevant la cigarette au rang de « première cause de mortalité évitable » en France.

Le « rapport compliqué » des artistes à la cigarette

L’émission, voit se relayer sur scènes des artistes de tous horizons tels que Patrick Bruel, Garou, Mentissa, Suzane, Mickey 3D ou encore les groupes Louise Attaque et Hyphen Hyphen. Leurs prestations musicales sont entrecoupées d’intermèdes humoristiques où des célébrités du monde du spectacle dégoupillent les risques liés au tabagisme, mais aussi de leurs propres confidences sur la cigarette. « L’émission montre que des stars de la musique ou de l’humour s’engagent dans le défi », explique Alexandra Redde-Amiel, directrice des jeux, divertissements et variétés de France Télévisions.

C’est pour cette raison qu'elle est allée parler aux artistes avant d’entamer l’enregistrement. « Certains se sont fait connaître jeunes et n’ont pas envie de dire : "Je fume", commente-t-elle. Ils sont nombreux à avoir déjà fait plein de tentatives pour arrêter. Finalement, l’émission permet de dédramatiser et de se dire qu’on est vraiment tous dans le même bateau… »