20 Minutes : Actualités et infos en direct
Vainqueur MasquÉLa tortue a rendu Amaury Vassili « complètement barré » dans « Mask Singer »

« Mask Singer » : « Sous le masque de la tortue, j’étais complètement barré », s’amuse Amaury Vassili après sa victoire

Vainqueur MasquÉLe ténor Amaury Vassili a remporté la quatrième saison de « Mask Singer » déguisé en tortue. Il revient sur cette expérience
Le ténor Amaury Vassili a remporté la quatrième saison de « Mask Singer » sous le masque de la tortue.
Le ténor Amaury Vassili a remporté la quatrième saison de « Mask Singer » sous le masque de la tortue. - TF1 / TF1
Maxime Fettweis

Maxime Fettweis

L'essentiel

  • La quatrième saison de Mask Singer s’est clôturée ce 11 octobre sur TF1 par la victoire de la tortue, incarnée par le ténor Amaury Vassili.
  • « Cette tortue elle n’a peur de rien, elle n’a aucune contrainte d’image ou psychologiques », s’amuse le chanteur de 33 ans, fier des réactions qu’ont provoquées ses passages sous le masque.
  • Profitant de son passage dans l’émission Amaury Vassili sort une compilation de cinq titres qu’il a interprétés sous le masque. Intitulé Une voix et des chansons, cet album est une façon pour que la tortue « ne disparaisse pas du jour au lendemain ».

La tortue a rejoint le panthéon des personnages repartis avec le trophée de Mask Singer ce mardi 11 octobre. Après huit semaines de compétition sur TF1, le public a découvert que c’était le ténor Amaury Vassili qui se cachait sous ce masque, après avoir fait partir les enquêteurs sur de nombreuses pistes.

Au lendemain de sa victoire, le ténor de 33 s’est confié sur sa participation à l’émission à 20 Minutes.


On a vraiment ressenti la joie de la tortue lors de l’annonce de votre victoire. Dans quel état étiez-vous sous le costume ?

J’étais trempé (rires). C’était vraiment très physique. Ça a été une émission incroyable, je me suis éclaté comme un petit fou. Je ne pensais pas que je prendrais autant de plaisir mais la beauté du costume m’a donné des ailes. Ou plutôt des nageoires (rires) ! J’avais le sourire du début à la fin, je me suis amusé des réactions du jury. Ils ont tellement galéré que c’était jouissif pour moi intérieurement.


Gérémy Crédeville, Anthony Kavanagh, Vincent Niclo, Vincent Lagaf’… Au fil des émissions, les enquêteurs ont cité des dizaines de noms mais jamais le vôtre. Comment l’avez-vous vécu ?

C’était très drôle. Chaque semaine quand j’entendais ces noms-là j’étais juste heureux car je me disais que je ne pouvais pas partir alors qu’ils étaient encore tellement loin de moi. Quand j’ai entendu que Gérémy Crédeville revenait, je trouvais ça génial qu’avec mon énergie, je les emmène si loin. Ils ne pouvaient pas s’imaginer qu’un chanteur bouge autant, soit si foufou, good vibes. C’est pour ça qu’ils sont longtemps restés sur la piste d’une personnalité humoristique, quelqu’un qui amuse le public. C’était la tortue sur scène et la tortue, elle est comme ça.

Garder le mystère, c’est le but du jeu donc j’ai fait des choix de chanson qui me permettaient de garder mon identité secrète jusqu’au bout. Je voulais des choses qui me ressemblent, que j’écoute, que je chante sous la douche parfois.


Vous n’étiez pas le seul chanteur de l’émission, pourtant c’est vous qui l’avez remportée. Qu’est-ce qui a fait la différence ?

La différence c’est que je les ai troublés par cette énergie. C’est vrai qu’on voit souvent le chanteur lyrique dans une posture assez droite en train de contrôler son souffle, ses notes. Cette tortue, elle avait envie de faire le show, de montrer qui elle était… Elle n’était pas Amaury Vassili mais un artiste à part entière. J’ai tenté d’être à 200 % dans son personnage et d’y croire jusqu’au bout. Mask Singer reste une compétition et quand je démarre quelque chose, j’essaye toujours de le finir et si possible de gagner.

J’avais un peu peur car il y avait du lourd en face. J’ai été époustouflé par La mariée. La prestation qu’elle a faite sur Bruno Mars, ça m’a retourné. Tout comme L’éléphant qui était là où on ne l’attendait pas forcément. La concurrence était là et j’ai découvert à la fin que ce sont des personnalités que je suis beaucoup donc j’étais encore plus impressionné.


Le costume vous a-t-il permis de faire des choses que vous n’auriez jamais faites à visage découvert ?

Cette tortue, elle n’a peur de rien, elle n’a aucune contrainte d’image ou psychologique. Je n’aurais jamais imaginé me retrouver à danser sur du Michael Jackson et réussir quand même à émouvoir les gens…

Quand on est chanteur, on a des petites mimiques, on essaye de faire passer des émotions par le visage. Dans la tortue, il n’y a que le costume. Donc il faut essayer de trouver des gestuelles qui vont aller dans le sens de la prestation que l’on veut faire. J’ai même parfois proposé des idées de mise en scène parce qu’il fallait que la tortue ne soit pas un être humain sous un masque mais un vrai animal. J’étais complètement barré !


Quand on vous écoute, on a l’impression que la tortue a libéré quelque chose en vous…

Ce qui a été libérateur c’était de partir dans une aventure et d’avoir le costume que je souhaitais. J’ai eu de la chance. Quand on m’a contacté, j’ai dit : "Oui mais à une seule condition, c’est qu’il y ait une tortue." On m’a dit que ce serait possible et l’aventure elle a commencé pour moi à ce moment-là.


En quoi cet animal a-t-il une symbolique forte dans votre vie ?

Quand mon fils est né le 25 juin, j’étais un peu déçu car je voulais qu’il soit Gémeaux comme moi. Malheureusement il est Cancer. C’est un mot que je déteste et donc avec ma belle-sœur on rigolait autour d’un repas familial et donc j’ai dit : "Non il sera tortue." Tout a démarré comme ça de mon délire personnel. Plusieurs mois après, Mask Singer m’a contacté et c’était évident que je devais être une tortue.

Quand ils m’ont présenté cette tortue Maori ça a même été au-delà de ce que j’imaginais. Ça m’a tout de suite fait penser à mon frère qui a vécu deux ans à Tahiti, à mes petites-nièces qui sont comme moi de très grandes fans du film Vaiana… Il y avait tous ces petits rapports qui étaient excellents qui m’ont aidé à me sentir tellement bien dans ce costume donc je ne me suis posé aucune question.


Votre fils a-t-il pu voir l’une de vos prestations sur la scène de Mask Singer ?

Mon petit garçon n’a que 15 mois donc il n’est pas encore en état de comprendre tout ça. Je me cache derrière lui pour prétexter ma participation mais le plaisir personnel que j’ai ressenti est très grand. J’ai hâte d’être dans un an pour pouvoir lui remontrer cette émission et profiter de tout ça en famille.

J’ai eu la chance de vivre des choses exceptionnelles, de monter sur des scènes parmi les plus prestigieuses… Mask Singer m’a procuré autant de plaisir et de fierté que de monter sur scène en faisant ma propre musique.


Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

Le bilan il est uniquement positif. Ces dernières années n’ont pas toujours été faciles, le moral n’a pas toujours été le plus haut à cause de tout ce qui nous entourait. Je trouve que cette émission apporte un peu de joie de vivre, de légèreté, elle s’adresse aux familles. Je pense qu’en ce moment, nos enfants ont besoin de rêver et grâce à des émissions comme celle-ci, ils peuvent.

Depuis la finale, j’ai reçu plusieurs vidéos de parents qui filment leurs enfants et les enfants étaient crispés au moment du résultat. Quand on annonce la victoire de la tortue, ils explosent de joie. C’est exactement ce genre d’émotion là qu’on a envie de voir, des sourires d’enfants, de la joie et du plaisir. Mask Singer regroupe tout ça.


Quels sont vos projets à venir ?

C’est très important pour un artiste de rebondir sur les choses qui ont trouvé un nouveau public. J’étais persuadé que certaines de mes prestations allaient émouvoir le public donc j’ai repris et réorchestré certaines chansons de la tortue dans un album intitulé Une voix et des chansons. On y retrouve mes reprises de Si seulement je pouvais lui manquer de Calogero, Hello d’Adele, Corps d’Yseult, Titanium de Sia ou encore Writing’s on the wall de Sam Smith, que j’ai interprété hier pour la finale.

J’espère que cet album plaira au public qui a aimé la tortue. Car s’il y a quelque chose qu’on a en commun avec la tortue, c’est cette voix qui a été si difficile à cerner pour les enquêteurs et finalement si facile pour les téléspectateurs qui m’avaient découvert depuis bien longtemps. Mais avec Google, ils étaient un peu avantagés.


Vous avez d’ailleurs sorti un clip de Writing’s on the wall à l’issue de la finale. On vous y aperçoit avec des tortues…

Je n’avais pas envie que la tortue disparaisse du jour au lendemain, j’avais envie qu’elle passe un message, celui de limiter la pollution des océans. Je trouvais intéressant qu’un message plus fort et intelligent ressorte de toute cette aventure magique. Maintenant l’objectif c’est de donner un peu de plaisir à toutes les tortues du monde en évitant de polluer la mer.


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Cette tortue va-t-elle vous manquer ?

Ouhlala oui, elle va beaucoup me manquer (rires). Auprès du grand public elle m’a permis de montrer un petit peu plus ce que je suis dans le privé. Je suis un petit peu plus foufou, un petit peu moins lisse que l’image qu’on a voulu me donner à mon début de carrière. Elle m’a aussi permis de gagner Mask Singer et d’être le premier vainqueur masculin.

Je pense qu’elle reviendra un jour. Peut-être pas de la manière dont on pourrait l’imaginer car je n’ai pas envie d’associer ma carrière de chanteur avec ce costume. Peut-être sur le plateau de Mask Singer parce qu’elle n’avait tellement pas envie de partir qu’elle a dû se cacher dans un coin du studio (rires).

Sujets liés