Le CSA sanctionne TF1 et Canal+ pour plusieurs manquements à la rigueur de l'information

MEDIAS Le Conseil supérieur de l'audiovisuel les a condamnées à lire à l'antenne un communiqué...

B.D. avec agence

— 

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) va engager "une réflexion concertée sur le droit à l'information en matière sportive", a-t-il indiqué lundi dans un communiqué.
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) va engager "une réflexion concertée sur le droit à l'information en matière sportive", a-t-il indiqué lundi dans un communiqué. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Pour la première fois, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) impose la lecture d'un communiqué sur les antennes de TF1 et de Canal+. Les deux chaînes se sont rendues coupables de plusieurs manquements à la rigueur de l'information, a annoncé mardi la haute autorité.

«Chaque communiqué sera lu, dans un délai de huit jours, au cours de l'émission pour laquelle le manquement a été constaté. Il précisera les faits reprochés à la chaîne», stipule le CSA, qui a adressé ce mardi un courrier aux deux chaînes concernées. Le texte du CSA ne pourra toutefois être lu dans les émissions des deux dimanches à venir, supprimées en raison des élections régionales.

Les images en question

Trois erreurs sont reprochées à TF1, dont le 3 avril 2009 dans le JT de 20h, un reportage sur le projet de loi Hadopi accompagné d'images de l'hémicycle de l'Assemblée nationale plein, alors que seulement 16 députés étaient présents.

Le CSA sanctionne Canal+ pour un sujet de Dimanche Plus du 18 octobre 2009 sur l'élection du président de l'Epad (Etablissement public d'aménagement de la Défense), diffusé avec des images provenant d'un site internet sans rapport avec l'élection.

Le Conseil a aussi engagé une procédure de sanction à l'égard de France 2 qui avait annoncé à tort le décès d'un enfant, le 1er octobre dernier, dans un reportage diffusé dans le journal de 13h.

«Augmentation préoccupante du nombre de manquements»

Par ailleurs, le Conseil supérieur de l'audiovisuel affirme avoir constaté sur plusieurs chaînes de radio et de télévision «une augmentation préoccupante du nombre de manquements à l'obligation de rigueur». Au total 76 dossiers ont été traités contre 35 en 2008. Les principaux manquements concernaient l'utilisation sans vérification d'images mises en ligne sur Internet, l'annonce erronée de décès, le manque de rigueur dans la présentation de certaines informations, des atteintes au droit à l'image. Le CSA propose dans ce contexte aux médias audiovisuels «une concertation sur les modalités de vérification de l'information».