Canal+ diffuse une enquête sur les fondamentalistes chrétiens

© 20 minutes

— 

Réalisateur, producteur Le plus mélomane des réalisateurs français est aussi l’un des plus éclectiques. Martin Meissonnier, qui a révélé Fela ou Khaled en France, s’intéresse dans ses films à tout autre chose que la musique. A la droite de Dieu, diffusé ce soir dans « Lundi Investigation » sur Canal+ (22 h 30) est une enquête sur le rôle des chrétiens fondamentalistes dans la politique américaine. C’est par la musique que vous êtes arrivé à la télé ? A la fin des années 80, les maisons de disque ont commencé à imposer un formatage terrible. Je n’avais pas envie de m’y plier. Je me suis alors consacré à « Megamix », mon émission musicale sur Arte. Et j’ai commencé à réaliser des documentaires. C’est le même formatage que l’on retrouve aujourd’hui à la télé ? Tout à fait, ça arrive dix ans après. Comme toujours, le marché de la musique précède les mouvements. Uranium appauvri, La Vie de Bouddha, Paroles de juges... Quel point commun entre vos films ? J’aime les sujets transversaux. Ce qui me semble intéressant, dans les documentaires, c’est d’avoir des tangentes. De pouvoir faire aussi réfléchir sur des thèmes qui ne sont pas celui du sujet initial. D’ailleurs, une enquête entraîne toujours l’autre. C’est grâce à mon film Sur les traces de la Reine de Saba que je me suis intéressé, lors d’un voyage en Irak, à cette histoire d’uranium appauvri, laquelle m’a amenée à fouiller aux Etats-Unis et ainsi de suite... Vous dites qu’A la droite de Dieu est votre enquête la plus difficile... Plus facile d’obtenir une interview au Pentagone que des évangéliques ! On les a eus aux forceps. Mais une fois les autorisations obtenues, ils ont joué le jeu. Ces gens-là ne cachent pas leur dessein, qui est de remonter, de bas en haut, toute la chaîne du pouvoir et d’y imposer leur vision du monde. Comme ils nous l’ont dit, Bush n’est qu’un pion dans leur échiquier. D’autres projets ? Un docu-fiction sur Jeanne d’Arc. J’ai aussi un projet sur la vie d’Hailé Sélassié. Et j’aimerais faire une fiction ado en Jamaïque, satire de film américain. Recueillis par E. Bosc